présidents Karimov Aliev drapeaux signature accords

Ouzbékistan, Azerbaïdjan : les enjeux d’un rapprochement stratégique

Partager avec

Farhad Mammadov, directeur du Centre de Recherche Stratégique d’Azerbaïdjan (SAM), revient sur les perspectives de coopération soulevées par la visite du Président d’Ouzbékistan, Charvkat Mirzioïev en Azerbaïdjan en mai 2018.

Novastan traduit et reprend et traduit un article initialement publié sur le média ouzbek en ligne Citizen.

Farhad Mammadov, le directeur du Centre d’études stratégiques sous la présidence de la République d’Azerbaïdjan, dévoile les perspectives de coopérations entre son pays et l’Ouzbékistan dans une interview avec Citizen.

En mai dernier, le Président d’Ouzbékistan, C. Mirzioïev, s’est rendu à Bakou afin de rencontrer son homologue azerbaïdjanais, Ilham Aliyev. Les deux parties ont évoqué les différentes perspectives de coopération bilatérale et ce, dans plusieurs domaines. Que pouvons-nous attendre de cette rencontre ?

Les premières relations ont été établies entre Heydar Aliev et Islam Karimov au début des années 90. Le format de la CEI (Communauté des États Indépendants) au début des années 90 marqua le coup d’envoi d’une longue série de consultations et de sommets entre les chefs d’États des pays turcophones et la formation de l’organisation GUAM – où l’Ouzbékistan et l’Azerbaïdjan ont entretenus des liens étroits.

Après le départ de l’Ouzbékistan du GUAM et de la mise en œuvre de sa politique de non-participation aux formats de « blocs », nos relations ont été purement bilatérales.

Nous demeurons cependant liés par l’Histoire, une langue commune, et une même religion, sans compter que Tachkent est un allié de Bakou dans le conflit contre l’Arménie.

Suite à l’élection du Président ouzbek, Chavkat Mirzioïev fin 2016, nous assistons à un renforcement de la coopération régionale. Il ne faut pas oublier que l’Azerbaïdjan et l’Ouzbékistan sont des États sans accès aux océans.

Lire aussi sur Novastan : Mer Caspienne : le futur sommet à Aktau tiendra-t-il ses promesses ?

De ce fait, il est nécessaire d’établir pour nos deux pays des relations de bons voisinages pour percer le marché mondial et accéder aux voies maritimes.

Les domaines historiques de coopération sont principalement le commerce, les transports et la logistique, ainsi que le développement des infrastructures qui permet, plus largement, l’expansion de la coopération économique.

L’Ouzbékistan exporte annuellement plus de 10 millions de tonnes de marchandises dont une partie est acheminée vers l’Azerbaïdjan. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si le Premier ministre d’Ouzbékistan, Abdullla Oripov, a récemment participé à l’ouverture du chemin de fer Bakou-Tbilissi-Kars.

La sphère économique est une plate-forme de dialogue importante pour la coopération politique et bénéfique pour les diverses consultations.

Par ailleurs, l’Asie centrale présente un intérêt pour l’Azerbaïdjan tant sur le plan sécuritaire, qu’économique. L’approfondissement des liens avec le monde turcophone est également une composante importante de la relation bilatérale.

A mon sens, l’importance du développement économique laisse à penser que nous assisterons bientôt à un dialogue politique de haut niveau, et à une augmentation des échanges commerciaux et des investissements.

Qu’est ce qui freine selon vous le développement des relations bilatérales ?

Les relations bilatérales sont freinées par le manque d’infrastructure de transport. Pendant deux décennies, la Caspienne a constitué un tournant dans ce domaine.

En effet, lorsque la côte occidentale a commencé à se construire, cela a crée un appel d’air et de nombreux projets d’infrastructures ont vu le jour sur la côte orientale. Cela a permis à Bakou d’établir une coopération multilatérale, notamment avec le Kazakhstan et le Turkménistan, rendant ainsi la région de l’Asie centrale plus proche de celle du Caucase du Sud.

Cependant le développement de l’Asie centrale, d’un point de vue interne, n’a pendant longtemps pas connu de réelles avancées. Ce n’est que récemment que les Présidents du Kazakhstan et de l’Ouzbékistan ont organisé plusieurs sommets régionaux, ouvrant ainsi la voie aux négociations pour les délimitations des frontières, l’augmentation des échanges, la construction de routes et des chemins de fer, etc.

Lire aussi sur Novastan: Chavkat Mirzioïev à Astana pour redessiner l’Asie centrale

Avec le développement progressif de ces échanges, de nouvelles possibilités de sortie vers les régions voisines, telles que le Caucase du Sud, et en particulier l’Azerbaïdjan, sont de plus en plus envisageables.

En novembre 2017 le Président ouzbek a annoncé la création d’un Fond de Développement de l’Industrie de Défense. L’Azerbaïdjan possède déjà sa propre production industrielle de défense. Pensez-vous qu’une coopération militaro-technique entre les deux pays soit envisageable ?

L’Azerbaïdjan est en conflit avec l’Arménie depuis quasiment son indépendance, et l’Ouzbékistan fait face, depuis les années 90, au terrorisme. N’appartenant à aucune organisation politico-miliaire, le développement des forces armées est vital et pour Bakou et pour Tachkent afin de renforcer leur indépendance, mais aussi leur sécurité étatique.

Avec le développement de l’instabilité régionale,  mondiale, le menace croissante du séparatisme et du terrorisme et tenant compte d’un certain retard technologique, nos États devraient effectivement établir une coopération dans le domaine militaro-technique.

Lire aussi sur Novastan : Ouzbékistan : le chef des services de sécurité fait le point sur ce qui menace le pays

Comme vous le rappelez, le ministre de la Défense de l’Ouzbékistan s’est rendu en Azerbaïdjan en novembre 2017.

Il y a rencontré son homologue azéri ainsi que le Président, Ilham Aliev. A cette occasion, il a pu constater les étapes de la modernisation de l’armée azerbaïdjanaise ainsi que les différentes productions militaires.

Une coopération bilatérale dans ce domaine est possible, mais il reste encore à en définir les contours.

Traduit du russe par Camille Coatalem-Serikoff

Édité par Karl Haddad

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à nous suivre sur TwitterFacebookTelegramLinkedin ou Instagram !
Vous pouvez également vous inscrire pour recevoir notre newsletter hebdomadaire.

Réunion entre le Président azerbaïdjanais Ilham Aliev et l’ex-Président ouzbek Islam Karimov
Site officiel du Président de l'Azerbaïdjan
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *