Gaz pétrole charbon production Ouzbékistan diminution

Ouzbékistan : la production de gaz, pétrole et charbon continue de diminuer

En 2019, comme en 2018, la production de gaz naturel, de pétrole et de charbon a diminué en Ouzbékistan. Le Premier ministre ouzbek a même annoncé que le pays arrêterait d’exporter du gaz d’ici cinq ans.

Les statistiques officielles ouzbèkes annoncent une baisse de la production de l’ensemble des sources primaires d’énergies du pays, gaz, pétrole et charbon. Cela confirme le défi énorme auquel le pays est confronté après des années de sous-investissements dans l’extraction : faire face à une demande en énergie croissante alors que les ressources diminuent.

Novastan est le seul média en français et en allemand spécialisé sur l'Asie centrale. Entièrement associatif, il fonctionne grâce à votre participation. Nous sommes indépendants et pour le rester, nous avons besoin de vous ! Vous pouvez nous soutenir à partir de 2 euros par mois (défiscalisé à 66 %), ou en devenant membre actif par ici.

D’après un rapport du Comité national des statistiques ouzbek publié le 20 janvier dernier, c’est la production de pétrole qui a baissé le plus, passant à 2 796 990 tonnes en 2019, une baisse de 6,3 % par rapport à 2018. La production de pétrole est en chute libre depuis près de 20 ans déjà, alors que la plupart des champs sont en fin de vie et déclinent rapidement.

La fin de l’exportation du gaz annoncée pour 2025

La surprise, c’est la production de gaz, qui est passée en 2019 sous la barre des 60 milliards de mètres cube, baissant d’1,6 % par rapport à 2018. Depuis 2016, la production de gaz ouzbek avait connu un rebond après avoir baissé pendant plusieurs années consécutives, et ce grâce notamment aux investissements chinois et russes. Cependant malgré ces investissements qui se sont poursuivis ces dernières années, la production recommence à chuter.

C’est très probablement cela qui a poussé le Premier ministre ouzbek Abdoullah Aripov à annoncer le 18 janvier dernier que l’Ouzbékistan arrêterait d’exporter son gaz à partir de 2025, selon des propos rapportés par le média ouzbek en ligne Gazeta.uz. Une déclaration étonnante alors que les exportations de gaz du pays représentent environ 15 % de son Produit intérieur brut chaque année, selon les chiffres donnés en 2018 par le directeur de la compagnie nationale pétrolière, Ouzbekneftegaz.

En juillet 2019, l’Ouzbékistan a révélé pour la première fois officiellement la structure de ses exportations de gaz. Selon les données publiées, le pays le plus peuplé d’Asie centrale a exporté 13 milliards de mètres cube de gaz en 2018, quand plus de 15 milliards de mètres cube ont été prévus pour la vente pour 2019. Tout d’abord pour la Chine avec 8 milliards de mètres cube puis vers la Russie avec 4,5 milliards de mètres cube. On trouve également les régions du sud du Kazakhstan pour 2,5 milliards de mètres cubes et enfin les autres pays d’Asie centrale pour environ 550 millions de mètres cubes. Arrêter les exportations serait un manque à gagner énorme pour le pays, tout en demandant aux pays acheteurs de trouver ces volumes dans d’autres pays.

La production de charbon en baisse malgré les plans des autorités

Enfin, la production de charbon s’est élevée à 4 049 500 tonnes contre 4 174 400 tonnes l’année dernière (- 3 %). L’extraction de charbon en Ouzbékistan est également en baisse depuis 2016, malgré les plans du gouvernement de doubler d’ici à trois ans la production. Paradoxalement, l’Ouzbékistan semble respecter l’Accord de Paris, que le pays a signé en 2017 et ratifié en 2018. Les autorités veulent même forcer les industries utilisant du gaz en quantité importante pour un prix dérisoire, comme les usines à briques ou à ciment, ou les serres de productions agricoles, à passer entièrement au charbon dès 2020 afin d’économiser le gaz, en déclin lui aussi.

Envie d'Asie centrale dans votre boîte mail ? Inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter hebdomadaire en cliquant ici.

Pour fournir cette hausse organisée de la production de charbon, les autorités ouzbèkes ont lancé depuis le début de l’année des explorations, notamment à Shargun, dans la région de Sourkhan-Daria, pour extraire du charbon dans de nouveaux endroits, avec l’aide d’entreprises chinoises. Pour l’instant, la mine ouverte d’Angren produit l’essentiel du charbon ouzbek et ses réserves sont immenses. Tachkent, qui y planifie une hausse de l’extraction, estime qu’il y en aurait  « pour 100 ans ». Les autorités veulent plus que doubler l’extraction de charbon d’ici à 2021, en passant de 4,1 millions de tonnes actuellement à 11,1 millions.

La rédaction

Merci d'avoir lu cet article jusqu'au bout ! Si vous avez un peu de temps, nous aimerions avoir votre avis pour nous améliorer. Pour ce faire, vous pouvez répondre anonymement à ce questionnaire ou nous envoyer un email à redaction@novastan.org. Merci beaucoup !

Les productions de pétrole, de gaz et de charbon diminuent en Ouzbékistan, posant des problèmes pressants aux autorités.
UNDP
Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *