Ouzbékistan : l’annulation des visas touristiques reportée à 2021

Le 2 décembre 2016, Gazeta.uz annonçait la signature d’un décret présidentiel prévoyant l’annulation des visas touristiques pour les citoyens de 27 pays souhaitant visiter l’Ouzbékistan. L’annulation devait être effective le 1er avril 2017. Mais un nouveau décret a reporté au 1er janvier 2021 la mise en place de cette nouvelle disposition.

Alors qu’il était encore président intérimaire, Chavkat Mirzioïev a signé le décret « Sur les mesures pour assurer l’accélération du développement de l’industrie du tourisme de la République d’Ouzbékistan » le 2 décembre de l’année dernière.

Ce décret avait pour ambition de faciliter la venue de touristes en Ouzbékistan, en supprimant les visas touristiques pour les remplacer par une simple formalité à l’arrivée.

Exemption de visas et ouverture du pays

Élu président le 4 décembre, succédant à Islam Karimov et ses 25 ans de règne, le nouveau président n’a pas tardé à montrer des signes d’ouverture : rapprochement avec le Tadjikistan, résolution des questions frontalières avec le Kirghizstan, campagne participative en ligne avec doléances, etc. Même le discours célébrant l’arrivée de la nouvelle année a cherché à rompre avec les habitudes de son prédécesseur.

Lire aussi sur Novastan : Un Nouvel an pas comme les autres en Ouzbékistan

Le nouveau régime sans visa, dont la mise en place était initialement prévue pour le 1er avril 2017, concerne 27 pays. Les citoyens de 15 pays pourront entrer dans le pays sans visa pour un séjour touristique allant jusqu’à 30 jours : c’est notamment le cas de l’Allemagne, de l’Autriche, de la Suisse et du Royaume-Uni. Pour les citoyens des 12 pays restants (dont la France, la Belgique et les États-Unis), le même régime prévaut, mais il se limite aux personnes âgées de 55 ans ou plus.

Lire aussi sur Novastan : L’Ouzbékistan annule le visa touristique pour 27 pays

La seule condition exigée pour l’entrée de visiteurs étrangers sur le territoire ouzbek est le paiement d’une taxe d’entrée de 50 dollars. Malgré cette ouverture, les procédures d’enregistrement des touristes dans les hôtels ne devraient pas être modifiées.

L’Ouzbékistan en pleine perestroïka ?

Finalement, le 22 décembre 2016, le président ouzbek a signé un nouveau décret décalant la date de mise en œuvre de ce nouveau système à destination des touristes. Selon Gazeta.uz qui a annoncé la nouvelle le 9 janvier dernier, le nouveau dispositif entrera en vigueur le 1er janvier 2021. Il faudra donc que les touristes patientent un peu moins de 4 ans pour pouvoir visiter facilement le pays le plus peuplé d’Asie centrale.

Comme indiqué dans le texte signé par Chavkat Mirzioïev, la décision de reporter à 2021 la suppression des visas pour les touristes a été prise afin de permettre le développement, dans l’intervalle, des activités touristiques et des moyens logistiques permettant l’accueil des visiteurs étrangers. De fait, ces derniers devraient être bien plus nombreux à se rendre en Ouzbékistan avec le nouveau dispositif et les procédures simplifiées que le nouveau pouvoir envisage de mettre en œuvre.

Cette mesure, décidée après 3 mois de transition où de nombreux experts et observateurs étrangers s’inquiétaient parfois de la situation future de l’Ouzbékistan, témoigne d’une certaine ouverture du pays à l’international. Certains n’hésitent pas à parler d’une perestroïka à l’ouzbèke, s’appuyant sur le fait que des réformes libérales sont mises en œuvre ou annoncées et que la page du règne sans partage d’un seul homme pendant 25 ans semble être tournée.

Lire aussi sur Novastan : Un nouvel espoir pour l’Ouzbékistan ?

La crainte d’un retour en arrière

Reste à voir si les justifications données dans le décret quant au report de l’annulation des visas touristiques sont réelles ou si les autorités, contre toute attente, ont décidé de revenir en arrière : si tel était le cas, il apparaîtrait évident que les signes d’ouverture affichés par le président ouzbek n’étaient que cosmétiques.

Dans l’état actuel des choses, l’Ouzbékistan paraît prêt à rejoindre ses voisins kirghiz et kazakh dans la liste des pays d’Asie centrale disposant de régimes sans visa pour les touristes. La mise en place d’infrastructures adéquates et des structures d’accueil nécessaires peuvent permettre à l’Ouzbékistan de devenir une place forte du tourisme mondial à l’avenir.

La rédaction

Jérémy Lonjon

Rédacteur en chef de Novastan

L’Ouzbékistan et ses édifices touristiques
Asian Development Bank
Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *