Bazar Tchorsou Tachkent

Ouzbékistan : les bazars de Tachkent bientôt privatisés

Partager avec

Le 16 août dernier, le maire de Tachkent, la capitale ouzbèke, a annoncé la privatisation des bazars de la ville. Jusqu’ici, ces derniers étaient gérés par l’État qui détenaient une part importante de chacun des bazars de la capitale de l’Ouzbékistan.

Novastan reprend et traduit un article initialement paru sur Spot.uz.

La privatisation des bazars de la capitale ouzbèke a été officiellement actée le 16 août dernier. L’annonce par la mairie de Tachkent de cet important changement dans la gestion de ses bazars va nécessiter d’importants investissements de la part du secteur privé.

Le transfert vers le privé des parts de l’État ouzbek dans les bazars de la capitale est la conséquence d’un décret présidentiel paru le 15 août dernier et visant à améliorer le climat des investissements à Tachkent. Les conditions de transfert sont très libres puisque la privatisation peut avoir lieu quelque soit le nombre d’employés ou le chiffre d’affaires des différentes structures concernées.

Lire aussi sur Novastan : « Les problèmes macroéconomiques s’amoncellent en Ouzbékistan »

Toutefois, les acteurs privés ne pourront bénéficier des parts cédées par l’État que s’ils maintiennent l’activité de la structure commerciale d’origine. Ainsi, racheter un emplacement sur le marché pour le transformer en parking automobile ou en maison individuelle est interdit par le décret.

Les investisseurs privés reprenant les parts du secteur public dans les bazars de Tachkent devront également garantir des investissements substantiels pour maintenir l’activité en cours.

Les observateurs partagés sur la privatisation

Le consultant et économiste ouzbek Abror Khaïroullaev au sein du cabinet Portfolio Investments a été contacté par Spot.uz. Il a rappelé que de telles mesures visant à favoriser le climat des investissements à Tachkent ont déjà été prises par le passé. Elles s’étaient malheureusement heurtées à la réticence des investisseurs qui ne souhaitaient pas investir dans de tels projet et ce, pour différentes raisons.

Les principaux problèmes soulevés jusqu’ici ont été le coût excessif lié au rachat des parts de l’État ouzbek et les conditions liées au rachat de ces parts.

Pour l’expert ouzbek, la privatisation des bazars de Tachkent n’est, pour l’instant, qu’une expérimentation. Mais une telle mesure devrait être, selon lui, généralisée à d’autres secteurs d’activité et permanente. Chaque investisseur, peu importe qu’il soit ouzbek ou non, devrait ainsi pouvoir bénéficier de ces facilités d’investissement, attendu qu’ils respectent les règles du jeu.

Lire aussi sur Novastan : Vers un « capitalisme sauvage » en Ouzbékistan ?

Des rumeurs sur la privatisation prochaine des bazars de la capitale ouzbèke circulaient depuis le mois de juin dernier. La privatisation est désormais actée, notamment suite aux propos tenus par le maire de Tachkent sur le développement indispensable de la ville en faisant travailler conjointement les structures gouvernementales et le secteur privé.

Traduit du russe par Jérémy Lonjon
Rédacteur en chef de Novastan

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à nous suivre sur TwitterFacebookTelegramLinkedin ou Instagram !
Vous pouvez également vous inscrire pour recevoir
 notre newsletter hebdomadaire ou nous soutenir en devenant membre de la communauté Novastan.

Le bazar de Tchorsou à Tachkent
Aleksandr Zykov
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *