Portail demandes Chavkat Mirzioïev

Ouzbékistan : Mirzioïev en campagne sur le web

Alors que la période de transition en Ouzbékistan bat son plein, l’agence officielle UzA a annoncé que le portail d’accueil virtuel du premier ministre – et président provisoire – Chavkat Mirzioïev, avait reçu plus de 20 000 demandes de citoyens ouzbeks de tous horizons. Malgré le caractère officiel et contrôlé de ce processus, cet outil offre un espace d’expression populaire rare pour la population.

Selon l’agence officielle UzA, 3 500 demandes ont été transmises au ministère de l’intérieur à travers le portail web de Mirzioïev, ouvert le 25 septembre. De ce total, 40% « concerne les justificatifs de résidence, les passeports biométriques et la citoyenneté ».  Ceci n’est pas une surprise alors que l’Ouzbékistan conserve un des régimes de contrôle du mouvement de sa population les plus stricte de l’ex-URSS. En effet, il faut aux citoyens ouzbeks un justificatif de résidence, délivré par la police, pour pouvoir vivre à un endroit donné de la République d’Ouzbékistan. Ce système, hérité de l’Union soviétique, permet aux autorités de contrôler l’exode rural de la population la plus importante de la région (plus de 30 millions d’habitants, soit la moitié de la population d’Asie centrale post-soviétique).

Lire à ce sujet sur Novastan : Ouzbékistan : l’exode rural négligé

La mise en valeur officielle des demandes concernant les problèmes liés aux justificatifs de résidence fait écho aux restrictions apportées le 23 septembre dernier à la loi régissant l’enregistrement territorial des citoyens ouzbeks – notamment dans la capitale Tachkent où la pression démographique est la plus forte. Auparavant, les citoyens ayant un membre de sa famille vivant légalement à Tachkent pouvait demander à se faire enregistrer sur Tachkent et recevoir de droit un justificatif de résidence, ce qui n’est après l’amendement de cette loi plus possible.

Lire à ce sujet sur Novastan : Ouzbékistan : le gouvernement utilise l’administratif pour contenir l’exode rural

La fin des visas de sortie demandée très ouvertement

L’une des demandes faites à travers le portail a été doublée d’une pétition sur le site internet « Change.org » pour demander la fin des visas de sortie, relique soviétique conservée uniquement par l’Ouzbékistan. En effet, les citoyens ouzbeks souhaitant se rendre à l’étranger doivent faire une demande auprès d’un organe du ministère de l’intérieur pour pouvoir sortir du territoire, autre symbole du stricte contrôle du mouvement de la population en Ouzbékistan. La pétition a récolté plus de 1000 signataires en quelque 24 heures, et sera remise à Chavkat Mirzioïev. Ce système de visa de sortie permet surtout de contrôler la population psychologiquement, puisque les allers et venues de la population sont déjà totalement tracés grâce aux passeports biométriques dont sont équipés tous les citoyens ouzbèkes souhaitant se rendre à l’étranger.

Pour Akhmed Rahmanov, chercheur associé à l’IPSE, « La question de l’annulation du visa de sortie et d’une réforme de l’enregistrement territorial des citoyens est un vrai défi pour Mirzioïev. Mettre fin à ces deux instruments de contrôle de la population permettrait un soutien massif et populaire pour sa candidature ; alors qu’ignorer et laisser en suspens ces questions démontrerait que l’initiative du portail permettant à la population de se plaindre directement à lui n’est que le théâtre de la campagne présidentielle. »

Problèmes bancaires

De l’accès difficile au crédit à l’obtention forcée de carte bancaire en passant par la réception en retard des retraites sur les comptes bancaires, les banques sont également au centre de beaucoup des demandes reçues et publiées officiellement.

L’agence officielle UzA cite ainsi en exemple cet étudiant en médecine de Tachkent qui, ne pouvant payer son université, a cherché un crédit étudiant dans toutes les banques. Malgré un dossier parfaitement bouclé, avec les bons documents remplis et les garanties apportées, il s’est vu refusé tout prêt, l’empêchant de poursuivre normalement ses études.

Selon le site d’information ouzbek Novosti Ouzbekistan, l’établissement cité le plus fréquemment dans les demandes reçues par le portail de Chavkat Mirzioïev est « AgroBank », une des cinq plus grande banque du pays.

Lire à ce sujet sur Novastan : Ouzbékistan : des balayeuses de Samarcande manifestent contre les salaires non-payés & La vie sans dollars : crise en Asie centrale

Ces problèmes bancaires touchant la population ne sont pas nouveaux, alors que la dollarisation de l’économie ouzbèke est très fortement contrôlée avec deux taux de change, un officiel et un officieux, complètement différents. La crise que connaît l’ensemble de l’Asie centrale a impacté le bon versement des salaires, mais aussi celui des retraites l’été passé.

Des plaintes et des demandes : du changement à venir en Ouzbékistan ?

L’agence officielle UzA annonçait qu’un département spécial du ministère de l’intérieur était dédié à répondre aux demandes des citoyens faites à travers le portail de Chavkat Mirzioïev, dirigé par l’Ombudsman responsable de « veiller au respect des libertés et des droits des citoyens ouzbeks ».

Les plaintes déposées sur le portail primo ministériel semblent rapidement traitées, comme c’est le cas de l’étudiant évoqué précédemment et qui a obtenu son crédit après avoir fait sa demande sur le portail. Cela constitue un moyen pour la communication officielle de mettre en avant l’efficacité et la vitesse avec lesquelles les services de l’Etat et du premier ministre règlent les problèmes des citoyens. Ce faisant, le processus prend finalement les allures d’une campagne de communication visant à toucher chaque citoyen individuellement, en parlant de problèmes individuels, en se gardant d’aborder les questions systémiques qui en sont à l’origine.

D’après Rafael Sattarov, analyste politique ouzbèk basé à Moscou, et cité par Sputnik-tj, Mirizioïev cherche avant tout à se démarquer des autres politiciens et surtout de Karimov aux yeux de la population ouzbèke. Ainsi ces initiatives relèvent clairement de la communication politique alors que le président provisoire cherche encore à assoir sa légitimité un mois après son entrée en fonction, et en vue des élections présidentielles prévues en décembre. Il y a donc peu de chance que le système change véritablement, mais ces demandes donnent néanmoins un bon aperçu des problèmes quotidiens que rencontre la population ouzbèke.

La Rédaction

 

Le portail internet des demandes au Premier ministre ouzbek, en octobre 2016.
Site du Premier ministre ouzbek
Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *