Samarcande Ouzbékistan Tourisme

Quel avenir pour le tourisme en Ouzbékistan ?

Partager avec

La décision du président ouzbek d’introduire un régime sans visa pour 27 pays a suscité une vague de mécontentement. Suite à cela, l’entrée en vigueur de ce régime a été reportée de 5 ans. À quels changements doit s’attendre le secteur touristique en Ouzbékistan ?

La rédaction de Novastan traduit ici un article paru sur Sputnik Ouzbékistan.

Il y a quelques mois, le nouveau président ouzbek, Chavkat Mirzioïev, annulait l’introduction d’un régime sans visa concernant 27 pays et qui devait initialement entrer en vigueur le 1er avril 2017. Cette décision a créé l’incompréhension chez les représentants du secteur touristique qui comptaient sur une augmentation rapide du nombre de touristes étrangers.

Lire aussi sur Novastan : L’Ouzbékistan annule le visa touristique pour 27 pays

Un des membres du Conseil civil auprès du Comité gouvernemental pour le Développement du Tourisme (Goskomtourizm en russe) a expliqué les motivations de cette décision et les perspectives pour l’avenir du secteur touristique du pays.

D’après lui, le Conseil civil auprès du Goskomtourizm est censé résoudre les problèmes structurels du milieu, les questions étant étudiées au cas par cas et selon une procédure définie. Il est composé non seulement de représentants du Comité, mais aussi de représentants d’autres ministères, administrations et organisations concernées, ainsi que de personnalités venues du monde de l’entreprise, d’experts et de scientifiques.

La sécurité avant tout

Toujours selon cet expert, les événements ayant ponctué l’actualité mondiale récente demandent une réaction adéquate. C’est pour cette raison que la décision a été prise de reporter à 2021 l’annulation des visas pour les citoyens de plusieurs pays européens et asiatiques.

Lire aussi sur Novastan : Ouzbékistan : l’annulation des visas touristiques reportée à 2021

« Malheureusement, la situation n’est pas tranquille partout, en particulier au sein des pays européens. En l’occurrence, la majorité des pays inclus dans la liste sont en train de renforcer leurs mesures de sécurité. C’est pourquoi, avant de libéraliser le secteur touristique, il faut résoudre les questions liées à la sécurité, autant du point de vue de l’Ouzbékistan que du point de vue des autres pays. », précise l’expert.

Pour cela, un accord bilatéral est nécessaire. Accord dans lequel seraient détaillés les mécanismes devant assurer la sécurité des touristes depuis l’aéroport de départ jusqu’aux aéroports et villes d’Ouzbékistan. Ainsi, le pays pourra garantir les normes de sécurité indispensables.

Plus de devises étrangères à disposition des hôteliers

Une autre mesure prévue dans le décret est l’annulation de la vente de devises étrangères aux hôtels par le gouvernement. Du point de vue de l’expert, cela permettrait aux hôteliers de chercher des ressources supplémentaires pour l’amélioration et le développement des services.

« Avant, les hôtels ne recevaient quasiment pas de devises étrangères, les paiements pour les chambres et les services se faisaient principalement en soums (monnaie ouzbèke). Maintenant, les hôteliers ont obtenu l’autorisation de collecter les paiements en devises étrangères et de garder celles-ci en leur possession. Cela va stimuler les investissements futurs dans ce secteur. Il faut développer l’offre hôtelière, non seulement à Tachkent ou à Samarcande, mais aussi dans d’autres villes. Des hôtels doivent aussi être créés en province. Malheureusement, aujourd’hui, la plupart des établissements se trouvent principalement dans les grandes villes de la République. »

Par conséquent, les devises resteront maintenant dans les mains des hôteliers qui pourront en disposer librement pour, par exemple, moderniser les hôtels ou offrir de nouveaux services et prestations suivant le modèle occidental. Et, non moins important, ces prestations doivent être développées et implantées en coopération avec les tour-opérateurs.

Développement de la « marque nationale »

En commentant les évolutions du secteur, l’expert s’est arrêté sur la question des nouvelles mesures fiscales concernant le tourisme. Un document établissant les nouvelles règles est en phase de discussion. Il est notamment prévu d’instaurer une taxe de séjour (collectée par les hôtels) d’un montant de 2 dollars par client. Pourquoi cette décision a-t-elle été prise et à qui profite-t-elle ?

Ouzbékistan Marque Nationale Tourisme

L’Ouzbékistan cherche à développer sa « marque nationale » pour promouvoir le tourisme.

« Le gouvernement réalise beaucoup d’événements promotionnels à l’étranger, notamment des expositions, des festivals, des concours ou des tables rondes. Habituellement, la participation de compagnies ouzbèkes à de tels événements s’accompagne de la présence d’un pavillon national. Il faut évidemment des ressources pour financer ces objectifs et missions. Ces financements seront donc issus du Fonds de développement du tourisme, qui est alimenté grâce à ce genre de taxes. »

De plus, il y a un autre moyen d’utiliser ces ressources. Par exemple, lors de la construction d’un hôtel, les investisseurs ont besoin de garanties précises. Les ressources collectées par le Fonds pourraient potentiellement servir de garanties financières lors de la construction d’hôtels dans des zones peu dotées. Mais cette idée reste pour le moment au stade de la discussion.

Les ressources issues de la taxe de séjour peuvent également servir à financer une campagne publicitaire pour faire connaître la « marque nationale » Ouzbékistan à l’étranger. Selon l’expert, il est indispensable d’aborder cette question d’une manière globale et organisée, en ne se limitant pas seulement à faire connaître l’Ouzbékistan comme héritier de la Route de la Soie, mais en montrant également la modernité du pays et son développement actif.

Suivi en ligne des touristes

Dernière idée, et non des moindres : l’établissement d’un nouveau fichier informatisé pour l’enregistrement des touristes !

« Actuellement, d’importants efforts sont faits par les différentes administrations pour implanter ce projet. Le système interne de traitement des données par les différents ministères et organisations gouvernementales doit être achevé avant avril 2017. Les institutions concernées par le traitement de données ne sont pas seulement celles qui interviennent auprès des touristes, mais aussi celles qui sont plus généralement en relation avec les chefs d’entreprises, les citoyens ouzbeks et les étrangers. Cela va simplifier les choses et faciliter la création dans le pays d’une base de données sur les touristes. Je pense qu’avant la fin de l’année, le nouveau système en ligne sera opérationnel et inclura toutes les démarches relatives aux touristes étrangers. »

Traduit du russe par Dimitri Rechov pour Novastan

La ville de Samarcande en OuzbékistanJourneys On Quest
L’Ouzbékistan cherche à développer sa « marque nationale » pour promouvoir le tourisme.Katchooo
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *