Ouzbékistan Archéologie Découverte Kouchan Royaume Grenier Antiquité

Un grenier datant de l’Antiquité découvert en Ouzbékistan

La découverte d’un agriculteur dans la région de Termez a permis des fouilles archéologiques révélant des vestiges du royaume de Kouchan, qui a existé du Ier siècle avant notre ère au IIIème siècle.

L’Antiquité de l’Asie centrale est devenue un peu mieux connue. Le 5 février dernier, des archéologues ouzbeks ont découvert un grenier datant du royaume de Kouchan (Ier siècle avant J-C – IIIème siècle après J-C). Comme le rapporte le communiqué de presse du ministère de la Culture ouzbek publié le 11 février, c’est un agriculteur qui le premier a informé le Musée archéologique de Termez de l’existence de ce vestige du passé.

Novastan est le seul média en français et en allemand spécialisé sur l'Asie centrale. Entièrement associatif, il fonctionne grâce à votre participation. Nous sommes indépendants et pour le rester, nous avons besoin de vous ! Vous pouvez nous soutenir à partir de 2 euros par mois (défiscalisé à 66 %), ou en devenant membre actif par ici.

Selon le média russe Fergana News, les experts ont pu révéler 22 conteneurs consacrés au stockage du grain répartis sur une superficie de 36 mètres carré. Les opérations se poursuivent aux alentours de Termez, dans le sud de l’Ouzbékistan, où les archéologues espèrent découvrir d’autres pièces.

Lire aussi sur Novastan : Au Tadjikistan des archéologues découvrent une ville fondée il y a plus de 2000 ans

Comme le décrit le média russe Sputnik Uzbekistan, l’exposition « Trésors de Kouchan », qui s’est tenue durant l’été 2019 à Tachkent, a permis au grand public de découvrir des pièces datant du Ier siècle après J-C. A l’époque, le royaume de Kouchan s’étendait sur l’Asie centrale, le Pakistan, l’Afghanistan et le nord de l’Inde. L’histoire politique du royaume est peu connue mais caractérisée par un développement économique et culturel important d’un empire multiculturel qui entretient de nombreux liens avec l’étranger, autant avec la Chine que la Grèce. Le territoire apparaît par ailleurs relativement préservé de la guerre, ce qui a permis au royaume de devenir une puissance importante de la région jusqu’à son déclin au cours du IIIème siècle après J-C.

L’Ouzbékistan et son héritage archéologique

Plus largement, l’héritage archéologique de l’Ouzbékistan remonte à plus de 2 000 ans. La capitale du pays, Tachkent, aurait été érigée au cours du Ier siècle av. J-C avant de devenir une ville importante que l’on retrouve dans les écrits chinois un siècle plus tard. Les restes des temples des rois de Tachkent ne sont cependant pas les seuls vestiges du passé à attiser la curiosité des spécialistes.

Envie d'Asie centrale dans votre boîte mail ? Inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter hebdomadaire en cliquant ici.

Lire aussi sur Novastan : Le “Louvre des steppes” ouzbek se trouve un nouveau directeur

Ainsi, la spécificité des vestiges ouzbeks attire les archéologues du monde entier, y compris occidentaux. La première mission franco-ouzbèke a été créée en 1989 à Samarcande. Plusieurs autres missions ont suivi et sont encore aujourd’hui en activité sur le territoire de la Sogdiane ou encore les époques islamiques de la conquête arabe au XVIème siècle. La mission franco-ouzbèque de Bactriane du Nord, créée en 1993 par les professeurs Pierre Leriche et Tuhtash Annaev, travaille quant à elle sur le site de Termez et d’autres sites de la province de Sourkhan-Daria, au sud de l’Ouzbékistan. Dirigée par la docteure Ségolène de Pontbriand et Zokir Khalikov, la mission concentre deux mois de son activité annuelle aux fouilles du site de Termez et de ses alentours.

 

 

Agathe Guy
Rédactrice pour Novastan

Merci d'avoir lu cet article jusqu'au bout ! Si vous avez un peu de temps, nous aimerions avoir votre avis pour nous améliorer. Pour ce faire, vous pouvez répondre anonymement à ce questionnaire ou nous envoyer un email à redaction@novastan.org. Merci beaucoup !

Les archéologues ouzbeks ont découvert plusieurs bâtiments ayant appartenu au royaume de Kouchan.
Ministère de la Culture ouzbek
Partager avec
Commentaires
  • Bonjour,

    Précision importante qui manque vraiment dans votre article. Il y a une mission archéologique conjointe, mission franco-ouzbèque de Bactriane du Nord qui travaille sur le site de Termez depuis 1993 et sur d’autres sites du Surkhan Daria. Mission du ministère des Affaires Etrangères, CNRS-ENS. Mission créée par Pr P. Leriche et Pr T. Annaev. Dirigée depuis 2018 par moi-même et Z. Khalikov. Mission qui travaille chaque année deux mois sur le site de Termez et autour.

    La mission de Samarcande fouillait principalement à Samarcande (Afrasiab) et d’autres sites en Sogdiane, mais pas à Termez et dans sa région.

    Il s’agit de deux équipes de recherche différentes.

    Merci d’avance pour vos corrections.

    Dr S. de Pontbriand

    12 février 2020

Ecrire un commentaire

Captcha *