Kirghizstan Toktogul Crise énergétique

Au Kirghizstan et au Tadjikistan, des initiatives locales face à une crise énergétique qui perdure

Le 19 Juillet dernier la télévision nationale kirghize, KTRK annonçait dans un reportage vidéo, le début des travaux d’une station hydroélectrique de petite taille sur une rivière du district de Leïlik dans la région de Batken au Sud du Kirghizstan. C’est l’origine entrepreneuriale de ce projet qui rend cette nouvelle si particulière. Sapar Halibekov, un entrepreneur local, a trouvé les fonds nécéssaires et s’est lancé dans cette entreprise, illustrant ainsi un mouvement venant de la base pour construire des barrages de petites tailles plutôt que de prendre exemple sur les immenses projets soviétiques toujours irréalisés et laissant les populations les plus vulnérables sans électricité.

Instabilité de l’approvisionnement en électricité des régions pauvres et reculées

Le district de Leïlik est une des régions les plus touchées du pays par les coupures d’électricité dues au manque de production chronique durant l'hiver. En effet, le pays dépend – tout comme son voisin tadjik – à quelque 80% d'un seul réservoir, celui de Toktogul (et celui de Nurek pour le Tadjikistan), pour produire son électricité. Ainsi lors des hivers, lorsque le flot des rivières est moindre, et si la saison a été sèche, l’eau vient à manquer pour satisfaire le besoin en électricité de la population. Les compagnies de distribution reçoivent alors des quantités limitées de kilowatt/heure pour chaque district, et celui de Leïlik, situé en bout de ligne est un des plus souvent et longuement coupé.

A lire aussi sur Novastan : La crise énergétique au Kirghizstan : l’histoire se répète

Il en va de même pour la région du Gorno-Badakshan au Tadjikistan, région montagneuse difficile d’accès, elle n’est parfois pas du tout approvisionnée en électricité durant l’hiver. Début juillet 2016 a été achevée une autre station hydroélectrique de petite taille près du village de Bassid, grâce à l’initiative d’un jeune suisse, Roman Druks, ayant crée le fond PamirLink pour récolter les quelques 250 000 dollars nécessaires à la construction, essentiellement grâce à des campagnes de financement participatif.

A lire aussi sur Novastan : Exports et coupures d’électricité au Tadjikistan et Isolement et inondations dans le Pamir tadjik

Les petites stations hydroélectriques : une solution pour éviter les grands projets générateurs de conflit ?

Ces initiatives, bien qu'anecdotique, montre la possibilité d’améliorer considérablement l’approvisionnement en électricité des localités les plus touchées grâce à de petites stations hydrolélectriques. Peu coûteuses et rapides concernant la construction, elles ne nécessitent pas d’investissements conséquents – difficile à trouver pour des pays (très) mal classés dans l’index « Doing Business » de la Banque Mondiale comme le Kirghizstan et le Tadjikistan. De plus, ces petites stations n’ont que peu d’impact sur l’environnement et surtout sur le flot des rivières sur lesquelles elles sont installées – car elles ne nécessitent pas la création de retenues d’eau conséquentes – à la différence des grands projets préconisés par les pouvoirs des deux pays depuis l’époque soviétique. C’est le problème du Kirghizstan et du Tadjikistan, qui voient leur voisin ouzbèk menacer de conflit si les grands projets de Kambarata et de Rogun – qui le priverait de l’eau nécessaire à la culture du coton – colonne vertébrale de leur économie – et menacerait une large partie de leur territoire d’inondations régulières, lors de lâchés d’eau en amonts, et potentiellement pire en cas de tremblement de terre exceptionnel.

Kirghizstan Toktogul Crise énergétiqueA lire aussi sur Novastan : Tadjikistan : le barrage controversé de Rogun sera construit par une compagnie italienne

Suite à l’annonce de la construction de Rogun par la compagnie italienne Salini Impregilo d’ici 2018, le ministère des affaires étrangères ouzbèk a envoyé une lettre de protestation à son homologue tadjik afin de réfuter la nécessité pour Douchanbé de construire un tel projet – « le plus haut du monde dans une région sismique à haut risque » – alors que « de nombreuses rivières et ressources en eau du Tadjikistan (…) peuvent assurer l’approvisionnement en électricité du pays (…) grâce à des petites et moyennes stations hydroélectriques », note le ministère ouzbèk.

A lire aussi sur Novastan : La Chine va construire des (petits) barrages hydroélectrique au Kirghizstan

Si les pouvoirs politiques du Kirghizstan et du Tadjikistan semblent encore poursuivre la politique de grands projets hydroélectriques, malgré l’absence criante de financement, un mouvement local semble émerger pour montrer la faisabilité et l’efficacité de ces petites stations hydroélectriques, que ce soit dans la région de Batken ou du Gorno-Badakshan. 

La Rédaction

 

 



Kirghizstan Toktogul Crise énergétique
Nadia Volkova
Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *