50 Somoni Tadjžikistan billet monnaie

Le gouvernement tadjik réduit son aide aux banques en difficulté

Deux banques tadjikes vont être définitivement fermées, au profit d’un investissement en faveur du secteur énergétique.

Novastan reprend et traduit un article paru originellement sur Asia Plus.

Le gouvernement tadjik a réduit de 530 millions de somonis (5,7 millions d’euros) son aide aux banques en difficulté le 19 avril dernier. Tadjprombank et Fononbank, deux banques en liquidation judiciaire, devaient recevoir cet argent. Avec cette nouvelle disposition, le gouvernement de Douchanbé décide de faire marche arrière et d’utiliser ces actions pour soutenir le secteur énergétique.

Le secteur bancaire tadjik est en grande difficulté depuis l’année dernière. En décembre dernier, le parlement tadjike adopte un projet de sauvetage de quatre de ses banques, par la mise en circulation de titres gouvernementaux à hauteur de 3,850 milliards de somonis (417 millions d’euros à cet instant) pour permettre une capitalisation de ces banques en difficulté. Cela concernait la Tadjiksodirotbank (2,250 milliards de somonis, soit 243 millions d’euros), l’Agroinvestbank (1,070 milliard de somonis, soit 115,9 millions d’euros), la Tadjikprombank (450 millions de somonis, soit 48,7 millions d’euros) et la Fononbank (80 millions de somonis, soit 8,6 millions d’euros).

Tadjprombank et Fononbank sont enterrées

Les grandes banques Tadjiksodirotbank et Agroinvestbank ont été les premières à bénéficier, par tranches, du financement promis par le gouvernement. Les deux autres banques, Tadjprombank et Fononbank, n’ont pas eu le temps de recevoir les subventions promises : le 24 février dernier, la Banque centrale tadjike a fait savoir qu’elle entamait le retrait des agréments aux deux banques et a prononcé leur liquidation judiciaire.

En plus de leur liquidation judiciaire, le gouvernement tadjik a donc décidé de ne pas les aider dans cette épreuve, en leur retirant ces 530 millions de somonis. Tadjprombank et Fononbank sont donc bel et bien enterrées.

Un investissement pour Barki Tochik ?

Ce même 19 avril, le gouvernement a autorisé par décret l’émission de titres gouvernementaux sous forme de billets à ordre pour 530 millions de somonis, qui seront investis pour développer le secteur énergétique. La durée de l’émission de ces titres s’étalera sur 5 ans, avec un taux d’intérêt de 2% par an.

Ils pourraient ainsi aider le groupe Barki Tochik Holding, qui se trouve dans une situation financière très critique. A la fin de l’année 2016 sa dette s’élevait à 13,7 milliards de somonis (1,4 milliard d’euros).

Une méthode éprouvée par le gouvernement tadjik

Douchanbe a déjà de l’expérience en matière de soutien au secteur énergétique à travers la vente de titres mobiliers. A la fin des années 1990, les actions pour le barrage hydraulique Sangtuda 1 ont été vendues à la population tadjike.

En janvier 2010, le gouvernement a débuté une campagne controversée destinée à mettre en vente des actions du barrage de Rogun, rachetées de façon plus ou moins spontanée par les Tadjiks. La somme des actions vendues a difficilement dépassé la barre des 850 millions de somonis (92 millions d’euros). La construction du barrage a finalement débuté en octobre 2016.

Lire aussi sur Novastan : Rogun : le barrage qui se fait prier au Tadjikistan

Le rythme de cette vente à grande échelle a peu à peu ralenti suite aux recommandations de la plupart des organismes financiers internationaux, dont le Fonds monétaire international. Ils y critiquaient les méthodes utilisées pour percevoir l’argent pour la construction du barrage, en le prélevant sur le compte des pauvres contribuables tadjiks.

Traduit du russe par Pablo Garcia

Un billet de 50 somoni, l’équivalent de 5,4 euros.
Vintage Printery
Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *