Le président tadjik, Emomalii Rahmon en discussion avec un militaire tadjik

Le Tadjikistan crée une « police touristique » après l’attaque terroriste

Partager avec

Après l’attaque terroriste du 29 juillet contre des cyclotouristes étrangers ayant causé quatre morts, les autorités tadjikes ont annoncé la création d’une « police touristique » afin de renforcer la sécurité des touristes et d’assurer le maintien de l’ordre.

L’attaque d’un groupe de 7 cyclotouristes produit ses premières conséquences au Tadjikistan. Alors que 4 touristes ont trouvé la mort dans une attaque terroriste revendiquée par l’Etat islamique, le président tadjik Emomalii Rahmon a annoncé le 1er août dernier la création d’une police touristique dédiée à assurer la sécurité et l’accompagnement des touristes dans le pays.

Lire aussi sur Novastan : Attaque terroriste au Tadjikistan : « le gouvernement essaye d’utiliser l’attaque »

Cette police touristique sera une unité spéciale placée sous l’autorité du ministère de l’Intérieur. Elle aura pour mission de protéger et d’accompagner les agences de voyages et les visiteurs. D’après Noumon Abdougafforzoda, président du Comité tadjik pour le développement et le tourisme  plus de 900 000 touristes auraient visité le pays depuis le début de l’année 2018. Même si selon lui les visiteurs continuent de voyager au Tadjikistan, ce tourisme grandissant pourrait être mis en péril par la menace terroriste.

2018, « l’année du tourisme »

Cette attaque, dirigée spécifiquement contre des touristes étrangers, a une dimension symbolique puisque le Tadjikistan a déclaré l’année 2018 comme « l’année du tourisme », dans une volonté d’attirer davantage d’étrangers en quête d’aventure et de développer son économie.

Lire aussi sur Novastan : Le Tadjikistan, bientôt un géant du tourisme ?

Pour cela, le Tadjikistan a notamment pris des mesures administratives pour faciliter l’arrivée et le déplacement des touristes en simplifiant la procédure de visa en 2016, et en luttant contre la corruption des agents de l’Etat.

Le renforcement de la lutte contre l‘islamisme

Si les autorités tadjikes souhaitent prévenir les conséquences économiques de la menace terroriste, la création de cette police touristique s’inscrit aussi dans la lutte contre l’islamisme et l’intégrisme religieux dont le Tadjikistan a fait une priorité.

Alors que le pays est à majorité musulmane, le Président tadjik a toujours prôné la laïcité. Les autorités sont d’ailleurs à l’origine d’actions visant à laïciser et « moderniser » les citoyens en menant notamment des campagnes contre les vêtements musulmans non originaire des traditions tadjikes.

Léa Abramski 
Rédactrice pour Novastan

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à nous suivre sur Twitter, Facebook, Telegram, Linkedin ou Instagram ! Vous pouvez également vous inscrire pour recevoir notre newsletter hebdomadaire ou nous soutenir en devenant membre de la communauté Novastan.

Le président tadjik, Emomalii Rahmon en discussion avec un militaire tadjik
President.tj
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *