Vue Palis Douchanbé Tadjikistan

L’Etat islamique revendique l’attaque qui a tué 4 cyclotouristes au Tadjikistan

Le groupe terroriste Etat islamique a revendiqué la responsabilité de l’attaque des cyclistes étrangers au Tadjikistan, qui a fait 4 morts. Les autorités tadjikes elles parlent du parti de la renaissance islamique au Tadjikistan (PRIT) comme étant le commanditaire et de liens avec l’Iran.

Selon le site américain « SITE Intelligence Group », qui surveille l’activité des sites d’information extrémistes, le groupe Etat islamique (EI) a revendiqué l’attaque d’un groupe de touristes à vélo au Tadjikistan. Le groupe terroriste l’a revendiqué à travers son média officiel, l’agence AMAQ. Cette attaque est la première revendiquée par l’EI dans le pays.

Le ministère de l’Intérieur du Tadjikistan a déclaré que le commanditaire et les membres du groupe terroristes ayant perpétrés l’attaque près de Danghara contre les cyclotouristes, étaient membres du parti de la renaissance islamique du Tadjikistan (PRIT) désormais interdit et considéré comme un groupe terroriste dans le pays, et qu’ils avaient été éduqués en Iran.

Lire aussi sur Novastan : Tadjikistan : quatre touristes à vélo tués par un groupe d’hommes armés

L’attaque a eu lieu le 29 juillet dernier dans le district de Danghara, au sud de la capitale tadjike Douchanbé. 4 des 7 touristes qui voyageaient à travers le pays à vélo ont été tués avec une voiture bélier puis des coups de couteau. Deux citoyens américains, un citoyen suisse et un citoyen néerlandais ont trouvé la mort. Trois autres touristes ont été blessés.

L’empreinte du PRIT et de l’Iran pour les autorités tadjikes

« Le chef du gang criminel Abdusamadov Hussein, qui a été arrêté, a confirmé qu’il était en 2014-2015 en Iran et y a reçu une formation de commando idéologique et militaire. Là, il a rencontré Nosirhudzha Ubaydov surnommé « Kory-Nosir » et a rejoint le groupe extrémiste du PRIT », affirme le communiqué du ministère de l’Intérieur affiché sur son site.

Lire aussi sur Novastan : Le Tadjikistan, nouveau terrain de la rivalité Iran – Arabie Saoudite 

Selon le même communiqué, Nosirhudzha Ubaydov, serait le commanditaire de l’attaque et est membre de l’organisation terroriste du PRIT depuis 1992, et est depuis 2015 sur la liste des personnes recherchées par les autorités tadjikes. Selon le ministère de l’intérieur, le groupe de jeunes hommes ayant commis l’attaque s’apprêtait à passer la frontière pour rejoindre d’autre terroristes.

Niveau d’alerte maximal dans tout le pays 

Le 30 juillet, lors de l’intervention des forces de l’ordre, trois criminels ayant participé à l’attaque des touristes ont été tués. Plusieurs autres personnes ont été arrêtées parce qu’elles étaient soupçonnées d’avoir participé à l’attaque. Le 30 juillet au soir, le président tadjik Emomalii Rahmon a réuni son gouvernement pour faire un point sur la situation. Il a été décidé de relever le niveau d’alerte des forces de l’ordre dans tout le pays et en particulier autour des points stratégiques. Le média tadjik Asia-Plus a remarqué que les entrées de la capitale Douchanbé sont surveillées par des hommes en armes ainsi que des points stratégiques, comme le siège de la télévision nationale.

L’ambassade américaine au Tadjikistan a émis une note d’alerte spécifiant à ses concitoyens de faire attention à leur entourage, bien qu’ils n’aient aucune raison de croire que leurs citoyens soient spécifiquement en danger.

Une attaque cohérente avec le mode opératoire déclaré de Daech dans la région

Cette attaque a été précédée par un avertissement en bonne et due forme par le groupe terroiste. En février dernier, Daech a déclaré à travers son journal hebdomadaire Al-Naba, « une nouvelle phase d’attaques en Russie et en ex-Union soviétique, dirigée contre les chrétiens dans les pays du Caucase, et de l’Asie centrale, pour la peur parmi les chrétiens et encourager qu’ils quittent ces territoires. »

Cette nouvelle phase d’attaques, selon Al-Naba, « n’exigera pas de groupes avec un grand nombre de combattants entraînés, ni d’armes lourdes, mais requiert qu’un moudjahidin utilise n’importe quelle arme qu’il peut pour attaquer.» Un mode opératoire qui semble avoir été suivi de près par les auteurs de l’attaque terroriste de Danghara, ayant utilisé une voiture et des couteaux.

Les citoyens tadjiks et le Djihad

Le Tadjikistan n’est pas pour autant un nid de terroristes. Le 30 juillet dernier, le ministre de l’Intérieur tadjik Ramazon Rahimzoda a noté durant une conférence de presse à Douchanbé que dans la première moitié de cette année, moins de citoyens du Tadjikistan ont adhéré à une organisation terroriste. Selon lui, les autorités tadjikes ont identifié plus de 370 citoyens tadjiks qui dans les années précédentes ont rejoint les rangs des organisations terroristes et qui combattent à l’extérieur du pays.

Lire aussi : Extrémisme au Tadjikistan : le point de vue d’un expert local

« Au Tadjikistan même, plus de 100 citoyens du pays ont été condamnés par des tribunaux pour implication dans des organisations terroristes, » a déclaré le ministre. Il a également ajouté que de 2014 à la fin de juin 2018, plus de 300 citoyens tadjiks ont été tués en Irak, en Syrie et en Afghanistan.

Lire aussi sur Novastan : Le Tadjikistan gracie plus de 100 combattants djihadistes rentrés au pays

Le 8 février dernier, les autorités ont cependant décidé de gracier 111 ressortissants tadjiks revenus dans le pays après avoir combattu pour plusieurs groupes djihadistes, dont l’Etat islamique. En vertu d’un décret gouvernemental paru en 2015, le gouvernement tadjik accorde le pardon à ses ressortissants de retour du djihad. Pour obtenir ce pardon gouvernemental, il faut être revenu volontairement des zones de conflits et avoir présenté ses excuses d’avoir rejoint des mouvements terroristes. Grâce à ce pardon, les 111 ressortissants revenus sont libres de toute poursuite au regard du droit tadjik.

Les informations manquent aujourd’hui pour savoir si les auteurs de l’attaque étaient d’ancien combattants en Syrie ou en Irak.

La rédaction

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à nous suivre sur Twitter, Facebook, Telegram, Linkedin ou Instagram ! Vous pouvez également vous inscrire pour recevoir notre newsletter hebdomadaire ou nous soutenir en devenant membre de la communauté Novastan.

Le bâtiment du Parlement et un nouveau complexe gouvernemental devrait entrer en construction
Rjruiziii
Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *