Made in Russia Supermarché Tadjikistan Femmes

«Made in Russia» : les produits russes majoritaires sur le marché tadjik

Aujourd’hui, la production russe occupe jusqu’à 60 % du marché tadjik. La Russie est logiquement le premier partenaire commercial du Tadjikistan. Mais sur quelles bases reposent les relations entre les deux pays ?

Novastan reprend et traduit ici un article initialement publié le 5 septembre 2019 par le média tadjik AsiaPlus.

Les produits russes bénéficient d’une notoriété et d’une véritable popularité au Tadjikistan. Le volume d’échanges de biens entre les deux partenaires stratégiques ne cesse de croître pour atteindre 443,5 millions d’euros pour le premier semestre de l’année 2019, soit 21,1 millions d’euros de plus comparé à la même période l’année dernière.

Les producteurs russes profitent à la fois d’un prestige et d’une confiance auprès du consommateur tadjik. Ainsi, l’un des produits les plus prisés sur le marché du pays enclavé d’Asie centrale est l’huile végétale, pour 37,2 millions d’euros. Son importation a augmenté de 18,4 % sur le premier semestre 2019.

Lire aussi sur Novastan : L’Asie centrale va profiter de la guerre commerciale entre la Chine et les Etats-Unis

D’autres marchandises sont aussi très demandées : les produits céréaliers préparés (10,9 millions d’euros), les boissons alcoolisées et non alcoolisées (5,8 millions d’euros), les produits laitiers (4 millions d’euros), mais aussi la viande et les abats. On observe une croissance constante sur l’ensemble de ces catégories.

Novastan est le seul média en français et en allemand spécialisé sur l'Asie centrale. Entièrement associatif, il fonctionne grâce à votre participation. Nous sommes indépendants et pour le rester, nous avons besoin de vous ! Vous pouvez nous soutenir à partir de 2 euros par mois, ou en devenant membre par ici.

Cette tendance montre les bonnes relations commerciales entre la Russie et le Tadjikistan, notamment grâce aux efforts de la Russie pour développer le potentiel d’exportation de ses entreprises.

En 2015, Moscou a créé le Centre d’exportation russe avant de lancer, en 2017, le programme «Made in Russia», un système de labellisation de sa production. Le travail du centre semble porter ses fruits : les indicateurs d’exportation de la Russie sont globalement au vert.

Développer l’industrie alimentaire pour limiter les importations

Cependant, depuis plusieurs années, le Tadjikistan tente de développer sa propre industrie alimentaire afin de réduire les importations. Et cela fonctionne pour certaines denrées. Ainsi, en comparant le premier semestre 2019 à la même période de 2018, on observe une diminution des importations parmi des produits tels que le poisson et les crustacés (8 %), les huiles essentielles (4 %) ou encore le cacao (2 %).

Lire aussi sur Novastan : Russie et Asie centrale: « inséparables partenaires » ?

Mais Douchanbé n’a pas encore la capacité de remplacer complètement l’importation de biens. D’après les dernières données du ministère du Développement économique du Tadjikistan, les produits les plus populaires sur le marché tadjik sont les moyens de transport terrestres (26,9 millions d’euros), dont la demande a augmenté de 13,6 %, de même que le plastique et les produits issus du plastique (6,1 millions d’euros), avec une croissance de 3,7 %. Les produits chimiques non organiques sont aussi des postes d’importations importants (22 millions d’euros).

Made in Russia Supermarché Tadjikistan Homme

Une longue histoire commerciale

D’après le site russian-trade.com, la Russie exporte vers le Tadjikistan des biens dans 96 catégories différentes, ce qui montre la diversité des ventes. Dans le même temps, Moscou représente le quart du volume des échanges extérieurs de Douchanbé pour le premier semestre 2019 (21,1 %).

Les relations longues et stables entre les deux pays permettent à la Russie d’être le premier partenaire économique du Tadjikistan. Le volume d’échanges de biens entre les deux pays en 2018 s’est élevé à plus de 900 millions d’euros. Un chiffre stable depuis ces dernières années.

Envie d'Asie centrale dans votre boîte mail ? Inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter hebdomadaire en cliquant ici.

Après la Russie, les pays ayant la plus grande part de marché dans le pays sont le Kazakhstan (avec 751 millions d’euros), la Chine (585 millions d’euros) et la Turquie (361 millions d’euros).

Lire aussi sur Novastan : Les échanges commerciaux entre le Tadjikistan et l’Ouzbékistan en nette hausse en 2018

Les produits russes sont les préférés des consommateurs tadjiks, notamment car ils sont associés à une meilleure qualité. Ce phénomène se confirme dans tout supermarché de la capitale ou n’importe quelle vitrine mettant en avant le « Made in Russia », des produits alimentaires aux produits ménagers.

La production russe occupe, selon différentes évaluations, jusqu’à 60 % du marché tadjik. Un indicateur qui montre la confiance des consommateurs tadjiks et la haute qualité des biens certifiés.

Traduit du russe par Alma Cohen

Edité par la rédaction

Si vous avez aimé cet article, n'hésitez pas à nous suivre sur Twitter, Facebook, Telegram, Linkedin ou Instagram ! Vous pouvez également vous inscrire pour recevoir notre newsletter hebdomadaire ou nous soutenir en devenant membre de la communauté Novastan.

Les producteurs russes profitent d’un certain prestige auprès du consommateur tadjik.
AsiaPlus
Depuis 2015, la Russie tente de développer le potentiel d’exportations de ses entreprises
AsiaPlus
Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *