Mosquée Tadjikistan

Tadjikistan : 56 mosquées transformées en crèches et maisons de thé

Dans le nord du Tadjikistan, 56 mosquées « illégales » ont  été fermées en 2018 par les autorités. Elles ont été rapidement remplacées.

Novastan reprend et traduit ici un article initialement publié par Asia-Plus.

A Isfara, dans la région de Sugd située dans le nord du Tadjikistan, 56 mosquées ont été fermées en 2018. Celles-ci œuvraient de manière illégale, sans autorisation, et quelques-unes ne remplissaient tout simplement pas les normes sanitaires, a déclaré le maire de la ville Sidjohuddin Salomzoda aux journalistes lors d’une conférence de presse le 29 janvier dernier.

Novastan est le seul média en français et en allemand spécialisé sur l'Asie centrale. Entièrement associatif, il fonctionne grâce à votre participation. Nous sommes indépendants et pour le rester, nous avons besoin de vous ! Vous pouvez nous soutenir à partir de 2 euros par mois, ou en devenant membre par ici.

Sidjohuddin Salomzoda a souligné que les mosquées fermées ont été transformées en bâtiments sociaux-culturels : jardins d’enfants, postes de secours, maisons de thé (tchaïkhanas), etc.

Lire aussi sur Novastan : 1 938 mosquées déclarées illégales et fermées au Tadjikistan

Ces fermetures ont été largement médiatisées au début de l’année 2018, lorsque les autorités tadjikes ont annoncé avoir fermé 1 938 mosquées illégales dans tout le pays, dont 46 à Isfara. Elles avaient également été converties en centres culturels, centres médicaux, jardins d’enfants, ou maisons de thé.

Plus de mosquées que d’écoles

« Dans l’ensemble, sur le territoire d’Isfara et de ses jamoats (municipalités tadjikes, ndlr) 112 mosquées sont actuellement actives, regroupant une mosquée centrale, 11 mosquées du vendredi et 100 des cinq prières » a noté le maire d’Isfara.

Envie d'Asie centrale dans votre boîte mail ? Inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter hebdomadaire en cliquant ici.

Le maire a également affirmé que le nombre de mosquées dans la ville dépasse celui des institutions éducatives. « Aujourd’hui, 85 écoles généralistes sont ouvertes dans la ville, regroupant 48 000 élèves, et les bâtiments de trois écoles dans la ville sont délabrés. La ville compte aussi 30 établissements préscolaires, et malheureusement, il n’y a aucun jardin d’enfants. Nous prenons des mesures pour construire de nouvelles écoles et crèches », a souligné Sidjohuddin Salomzoda. Au 1er janvier 2019, la population d’Isfara et de ses 12 jamoats totalisait 268 000 personnes.

Mavlouda Rafieva, journaliste pour Asia-Plus

Traduit du russe par Anne Maufrais

Edité par Etienne Combier

Si vous avez aimé cet article, n'hésitez pas à nous suivre sur Twitter, Facebook, Telegram, Linkedin ou Instagram ! Vous pouvez également vous inscrire pour recevoir notre newsletter hebdomadaire ou nous soutenir en devenant membre de la communauté Novastan.

Le Tadjikistan a fait fermer des centaines de mosquées dans le pays depuis 2017 (illustration).
steynard via Visual Hunt
Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *