Avancée Travaux Barrage Rogun

Tadjikistan : la première unité de la centrale hydroélectrique de Rogun bientôt en fonction

Partager avec

Les travaux de construction de la centrale hydroélectrique de Rogun se déroulent comme prévu. Cela a été annoncé par le ministre tadjik de l’Énergie lors d’une conférence de presse en janvier dernier. Le ministre a souligné que la première unité du barrage devrait être mise en ligne cette année.

Novastan reprend et traduit un article initialement paru sur ASIA-Plus.

« Il y a quelques problèmes, mais nous sommes sûrs que le projet sera réalisé à temps. », a déclaré Ousmonali Ouzmonzoda, ministre tadjik de l’Énergie, le 30 janvier dernier. Le ministre s’est toutefois bien gardé de préciser de quels problèmes il s’agissait.

Lire aussi sur Novastan : Rogun : le barrage qui se fait prier au Tadjikistan

Pour la construction de la centrale hydroélectrique de Rogun, un total de 4,7 milliards de somonis (environ 532 millions de dollars) a été dépensé en 2017. En 2018, 5 milliards de somonis (environ 566 millions de dollars) sont prévus.

Le plus grand barrage du monde

Afin de récolter des fonds pour le projet, le Tadjikistan a lancé 500 millions de dollars en obligations d’État en 2017. En septembre 2017, la Banque nationale du Tadjikistan a d’ailleurs annoncé que les obligations d’État du Tadjikistan avaient été vendues à des investisseurs aux États-Unis, en Europe et en Asie.

L’entreprise italienne Salini Impreglio participe à la construction de la centrale hydroélectrique de Rogun depuis octobre 2016. L’entreprise a depuis entamé la construction du barrage qui devrait atteindre une hauteur de 335 mètres. Dans l’ensemble, la construction de la centrale hydroélectrique est estimée à environ 4 milliards de dollars.

Lire aussi sur Novastan : Tadjikistan : la construction du barrage de Rogun est lancée

La centrale comprendra six unités d’une capacité de 600 mégawatts chacune. Le barrage deviendrait le plus élevé du monde et produirait 17 milliards de kilowattheures d’énergie électrique par an, soit une fois et demie plus que le barrage de Nourek, également situé au Tadjikistan.

La construction du barrage de Rogun a été retardée pendant des années en raison d’une forte opposition de l’Ouzbékistan. L’arrivée au pouvoir de Chavkat Mirzioïev en 2016 a cependant modifié l’attitude du pays le plus peuplé d’Asie centrale vis-à-vis de ses voisins et de leur politique énergétique.

Païrav Tchorchanbiev

Traduit du russe par Jérémy Lonjon
Rédacteur en chef de Novastan

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à nous suivre sur TwitterFacebookTelegramLinkedin ou Instagram !
Vous pouvez également vous inscrire pour recevoir notre newsletter hebdomadaire.

L’avancée des travaux sur le barrage de Rogun en mai 2017
Président tadjike/Facebook
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *