Alexandre Loukachenko Emomalii Rahmon Visite Tadjikistan Biélorussie

Tadjikistan : le nouveau partenaire privilégié de la Biélorussie en Asie centrale ?

Les 15 et 16 mai dernier, le Président biélorusse Alexandre Loukachenko s’est rendu au Tadjikistan et a rencontré le président tadjik Emomalii Rahmon. Cette visite s’inscrit dans la volonté des deux chefs d’État d’intensifier leurs relations économiques et institutionnelles.

Le Président biélorusse Alexandre Loukachenko a débuté une visite officielle au Tadjikistan le 15 mai dernier. Durant cette visite, le président biélorusse a annoncé qu’il considérait le Tadjikistan comme un pont pour développer ses relations avec l’Asie centrale.

La Biélorussie chercherait à trouver dans la région un partenaire privilégié afin, notamment de palier aux relations déclinantes avec le Turkménistan.

Une intensification des relations bilatérales entre la Biélorussie et le Tadjikistan

La Biélorussie a déjà des relations commerciales rapprochées avec plusieurs pays d’Asie centrale, particulièrement avec le Kazakhstan et le Kirghizstan qui sont membres de l’Union économique eurasiatique, dont la Biélorussie fait partie. Pour autant, la proximité qui existe entre le Tadjikistan, candidat à l’entrée dans Union économique eurasiatique, et la Biélorussie n’est pas nouvelle et sa coopération économique est déjà établie.

Lire aussi sur Novastan : L’Union économique eurasiatique progresse vers encore plus d’intégration

L’objectif de la visite d’Alexandre Loukachenko au Tadjikistan a été d’intensifier la coopération bilatérale dans un grand nombre de domaines. En l’occurrence, la création de commissions parlementaires communes a été proposée pour étendre les discussions inter-parlements. Surtout, la mise en œuvre de projets communs en matière commerciale, mais aussi scientifique et agricole, a été suggérée.

Lire aussi sur Novastan : Le Tadjikistan, nouveau terrain de la rivalité Iran – Arabie saoudite

Alors qu’il existe déjà plus de 80 accords bilatéraux couvrant des domaines de coopération variés, de nouveaux accords ont été signés par les deux Présidents pour accroitre la coordination de leurs ministères, entreprises et agences nationales, notamment dans le domaine de la santé, des sciences et de l’éducation. La Biélorussie par le biais de son ministre de la santé a ainsi exprimé son ambition de doubler les ventes de médicaments au Tadjikistan à la suite des accords signés lors de la visite officielle.

Des jardins tadjiks en Biélorussie, des tracteurs biélorusses au Tadjikistan

Plus tard dans la journée, les deux Présidents ont participé à un sommet commun destiné à l’entreprenariat et au commerce organisé dans la capitale, accompagnés de délégations d’entrepreneurs originaires des deux pays. Ils ont ensuite inauguré l’exposition nationale biélorusse au Tadjikistan. En regardant les produits biélorusses présentés, le président tadjik, Emomalii Rahmon a suggéré d’en produire certains et de les proposer sur le marché tadjik. Il s’agit notamment d’aliments ou de médicaments, mais aussi des ascenseurs biélorusses. À son tour, Alexandre Loukachenko s’est engagé à créer deux vergers de variétés de fruits tadjiks dans les régions de Gomel et de Brest en Biélorussie, donnant au projet le nom du Président tadjik, Emomalii Rahmon.

Lire aussi sur Novastan : Diplomatie : comment la Biélorussie et le Kazakhstan manœuvrent habilement dans l’ombre de la Russie

Le 16 mai, les deux Présidents ont ouvert un site d’assemblage de tracteurs de confection biélorusse à Hissor, la partie tadjik ayant annoncé un besoin de tracteurs de plus de 10 000 unités à ce jour. En effet, les tracteurs biélorusses sont très populaires en Asie centrale, comme le montre l’importante commande ouzbèke en janvier dernier de 5 770 tracteurs. Les plans tadjiks en ouvrant ce site d’assemblage sont de pouvoir à terme exporter vers la région et plus particulièrement vers l’Afghanistan voisin.

Les syndicats biélorusses pour former aider à protéger les droits des travailleurs tadjiks

D’après l’agence de presse Belarus News, la fédération des Syndicats indépendants du Tadjikistan étudient le travail de leurs homologues biélorusses dans la protection des droits des travailleurs. Ils participeraient d’ailleurs à un voyage organisé pour rencontrer des activistes biélorusses et s’inspirer des meilleures pratiques observées sur place dans le but de conclure des accords introduisant ces méthodes au Tadjikistan. Pourtant, étant donnée la situation déplorable des droits des travailleurs biélorusses et la criminalisation permanente des syndicats indépendants (appartenir à une organisation non enregistrée par l’État est un crime, article 193-1 du code pénal biélorusse), seuls les membres du syndicat d’État ne sont pas poursuivis ou réprimés.

Léa Abramski
Rédactrice pour Novastan

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à nous suivre sur Twitter, Facebook, Telegram, Linkedin ou Instagram ! Vous pouvez également vous inscrire pour recevoir notre newsletter hebdomadaire.

Le président biélorusse Alexandre Loukachenko (à gauche) a rencontre son homologue tadjik, Emomalii Rahmon, lors d’une visite officielle au Tadjikistan.
president.tj
Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *