Emomalii Rahmon Président Tadjikistan

Tadjikistan : les médias d’Etat sont maintenant obligés d’indiquer le titre complet du président Rahmon

Les médias d’Etat tadjikes sont désormais tenus d’utiliser le titre complet du président Emomalii Rahmon, « Fondateur de la paix et de l’unité nationale, le leader de la nation ».

Novastan reprend et traduit ici un article publié originellement sur kloop.kg.

Le président tadjik Emomalii Rahmon tient à son titre complet. Depuis le 24 avril dernier, les médias d’Etat doivent le nommer « Fondateur de la paix et de l’unité nationale, le leader de la nation ». Auparavant, les journalistes pouvaient réduire le titre du président tadjik, à la tête du pays depuis 1994, à « Leader de la nation » ou bien « Chef d’Etat ».

Lire aussi sur Novastan : Tadjikistan : un référendum pour les gouverner tous

Cette nouvelle règle sur la dénomination du président est entrée en vigueur à la mi-avril. Le directeur de la radio d’Etat du Tadjikistan Farroukh Zieev soutient que l’utilisation du titre complet du président est une exigence de la loi et que les journalistes doivent s’y conformer.

« Cependant, il y a des cas où les journalistes peuvent utiliser des synonymes, tels que « Chef d’Etat » ou simplement « Leader de la nation ». Il est néanmoins indispensable d’utiliser dans les communications et rapports officiels l’ensemble de son titre. Nous demandons aux journalistes d’appliquer la loi, rien de plus », explique-t-il à Radio Free Europe Tadjikistan, ou radio « Ozodi ».

Une règle avec des conséquences sur le fond

Le juriste tadjik Chokirdjon Khakimov précise dans une interview à la radio « Ozodi » que la législation du pays n’évoque pas de responsabilité dans l’omission d’une partie du titre du président. La nouvelle règle, présentée cependant comme une exigence de la loi, a des conséquences sur la qualité des informations à la disposition des Tadjiks. « La présentation du président dans les nouvelles prend plus de temps et bien sûr la nouvelle en elle-même se perd dans le fond », estime Chokirdjon Khakimov.

En 2015, la loi « Sur le fondateur de la paix et de l’unité nationale, le leader de la nation » a été adoptée. Elle accorde l’immunité au président Emomalii Rahmon ainsi qu’à sa famille jusqu’à la fin de leur vie et lui appose le titre de « Leader de la nation ». Pour outrage au possesseur de ce titre, la loi prévoit une responsabilité pénale, comme le note Eurasianet.

Lire aussi sur Novastan : Rustam Emomali a officiellement pris ses fonctions de maire de Douchanbé

Après le référendum de 2016 l’autorisant à être « président à vie », la nomination de son fils à la tête de Douchanbé, la capitale du pays, qui vient tout juste de prendre ses fonctions, l’adoption obligatoire du titre complet de Rahmon marque une nouvelle étape dans le renforcement de l’autoritarisme, voire même dans l’absolutisation du pouvoir tadjik.

Traduit du russe par Léa André

Le président tadjik, Emomalii Rahmon, lors de la nomination de son fils Rustam Emomali à la mairie de Douchanbé.
president.tj
Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *