Khodjent Tadjikistan Marché Emeute Prison

Tadjikistan : l’Etat islamique revendique une grave émeute dans une prison

Une émeute dans une colonie pénitentiaire de Khodjent a causé la mort de 25 détenus et de 2 officiers. L’Etat islamique a revendiqué son déclenchement. 

Le 7 novembre dernier, une émeute a eu lieu dans le centre pénitentiaire de Khodjent, dans le nord du Tadjikistan. Selon les autorités tadjikes, un homme a réussi à désarmer un garde, avant de faire feu sur ses collègues. Selon Radio Free Europe, les détenus auraient réussi à prendre le contrôle d’un des bâtiments de la prison avant d’être maîtrisés.

Rapidement, un premier bilan a fait état de près de 20 morts. Le vendredi 9 novembre, on compte désormais 25 morts parmi les détenus et deux parmi les gardes, rapporte Ria Novosti. Un bilan qui est passé à 47 morts le 12 novembre, rapporte Fergana news. On compterait également 120 blessés par balles actuellement à l’hôpital local.

Le 8 novembre, le groupe Etat islamique (EI) a revendiqué le déclenchement de cette émeute, rapporte SITE, un site d’informations spécialisé. Une information reprise ce vendredi par les médias tadjiks, citant notamment Amaq, l’agence de propagande du groupe terroriste.

L’Etat islamique revendique deux attaques en 4 mois

Comme l’explique Aljazeera, l’homme ayant déclenché l’émeute était soupçonné par les autorités d’appartenir à l’EI. La prison de Khodjent est le lieu privilégié par les autorités tadjikes pour envoyer les détenus condamnés pour extrémisme religieux. D’autres prisonniers y sont également enfermés.

Novastan est le seul média en français et en allemand spécialisé sur l'Asie centrale. Entièrement associatif, il fonctionne grâce à votre participation. Nous sommes indépendants et pour le rester, nous avons besoin de vous ! Vous pouvez nous soutenir à partir de 2 euros par mois, ou en devenant membre par ici.

Cette revendication de l’Etat islamique est la seconde en 4 mois au Tadjikistan. Le groupe terroriste avait revendiqué l’attaque de 7 cyclotouristes le 30 juillet dernier dans laquelle 4 touristes avaient perdu la vie. Une revendication aussi démentie par le gouvernement tadjik, qui y a vu l’ombre du Parti de la renaissance islamique du Tadjikistan (PRIT), un ancien parti d’opposition démembré en 2015. Pour l’heure, le gouvernement tadjik n’a pas réagi à l’annonce de cette seconde revendication.

Envie d'Asie centrale dans votre boîte mail ? Inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter hebdomadaire en cliquant ici.

Plus largement, cette émeute intervient près d’une semaine avant le lancement en grande pompe de la première unité du barrage de Rogun, prévu le 17 novembre prochain. Selon Asia Plus, l’ensemble des régions du Tadjikistan célébreront la mise en service de l’unité, la première des six prévues pour le barrage le plus haut du monde. Après cette revendication, la sécurité autour de l’inauguration officielle de l’unité, prévue le 16 novembre, devrait être plus importante que jamais.

Etienne Combier
Co-fondateur de Novastan

Si vous avez aimé cet article, n'hésitez pas à nous suivre sur Twitter, Facebook, Telegram, Linkedin ou Instagram ! Vous pouvez également vous inscrire pour recevoir notre newsletter hebdomadaire ou nous soutenir en devenant membre de la communauté Novastan.

L’émeute a eu lieu dans la prison de Khodjent, dans le nord du Tadjikistan (photo d’ilustration).
Anton Ruiter via Visual Hunt
Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *