Une entreprise minière tadjike condamnée après avoir pollué une rivière

Cet été, une pollution a été constatée sur les rives d’une rivière tadjike. L’affaire a fait grand bruit et l’entreprise minière responsable a été condamnée à verser une amende.

Novastan reprend et traduit ici un article initialement publié le 31 juillet 2019 par le média russe spécialisé sur l’Asie centrale, Fergana News.

Le Comité de protection de l’environnement du Tadjikistan (CPET) a découvert, cet été, une décharge non autorisée contenant des déchets de chaux.  La découverte a été faite à 50 mètres de la rive du fleuve Shing, à Pendjikent dans la province de Soughd, dans le nord-ouest du pays. La presse a été informée par Bouniod Abdoumalikzoda, vice-directeur de la province, rapporte Ozodila branche tadjike du média américain Radio Free Europe.

Selon Bouniod Abdoumalikzoda, le volume de déchets au large des rives de la rivière Shing était de 3 330 mètres cubes. La pluie et les coulées de boue ont contribué au rejet d’une partie des débris calcaires dans la rivière.

Novastan est le seul média en français et en allemand spécialisé sur l'Asie centrale. Entièrement associatif, il fonctionne grâce à votre participation. Nous sommes indépendants et pour le rester, nous avons besoin de vous ! Vous pouvez nous soutenir à partir de 2 euros par mois, ou en devenant membre par ici.

Le CPET a estimé le montant des dommages causés à la nature à 200 000 somoni, soit près de 19 000 euros. Le montant de l’amende a lui été fixé à 11 000 somoni, soit à peine plus de 1 000 euros.

Lire aussi sur Novastan : Plus de 400 espèces animales et végétales menacées au Tadjikistan

C’est l’entreprise minière Zarafshon qui a été condamnée à cette amende pour atteinte à l’environnement. La société tadjiko-chinoise exploite la principale mine d’or du Tadjikistan.

De nombreux poissons morts

À la mi-juillet, des informations sur la mort massive de poissons dans la rivière Shing ont été diffusées sur les réseaux sociaux. Des habitants ont découvert ces poissons échoués sur le rivage. La conséquence directe, selon eux, des déchets de chaux rejetés dans la rivière par l’entreprise minière.

Pour sa part, Bouniod Abdoumalikzoda a refusé d’imputer la mort des poissons à la pollution de la rivière par l’entreprise minière. Il a déclaré que les résultats de trois expertises effectuées sur les carcasses n’avaient pas confirmé la présence de substances toxiques dans leur organisme. Selon le responsable, le phénomène serait peut-être dû aux coulées de boue qui ont détruit, le 14 juillet dernier, le barrage situé sur la rivière. « L’eau est partie et le poisson est resté là, mourant dans la boue », a-t-il expliqué.

Envie d'Asie centrale dans votre boîte mail ? Inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter hebdomadaire en cliquant ici.

La rivière Shing provient pourtant de la région des Sept lacs, une source d’eau considérée comme l’une des plus propres de la vallée de Zarafshan. Toutefois, depuis peu sur ses rives, vous pouvez trouver des panneaux installés par l’entreprise Zarafshon avertissant qu’il est déconseillé de boire l’eau de la rivière.

Lire aussi sur Novastan : Les citoyens chinois au Tadjikistan, un problème ou une manne pour le pays?

La société mixte tadjiko-chinoise Zarafshon est la plus importante entreprise extractrice d’or au Tadjikistan. Son activité représente environ 70 % du volume total de métaux précieux extraits dans le pays.

Traduit du russe par Baptiste Longère

Edité par la rédaction

Si vous avez aimé cet article, n'hésitez pas à nous suivre sur Twitter, Facebook, Telegram, Linkedin ou Instagram ! Vous pouvez également vous inscrire pour recevoir notre newsletter hebdomadaire ou nous soutenir en devenant membre de la communauté Novastan.

Un fleuve a notamment été pollué par l’entreprise minière (image d’illustration)
Visuel Hunt
Des poissons morts ont été notamment retrouvés le long du fleuve
Ozodi
Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *