Tuyau Gaz Ouzbékistan Energie Asie centrale

Gazprom pourrait de nouveau acheter du gaz turkmène

La Russie serait prête à reprendre les négociations avec le Turkménistan pour acheter du gaz, une opportunité pour la Turkménistan de diversifier ses exports de gaz du quasi monopole chinois. Les relations entre Gazprom et Achgabat sont tumultueuses depuis 10 ans.

Novastan reprend et traduit un article initialement publié par le média d’opposition turkmène basé à l’étranger, Chronicles of Turkmenistan.

A l’automne prochain, le géant russe Gazprom pourrait reprendre des négociations avec le Turkménistan concernant l’achat de gaz, a rapporté le 28 juillet dernier l’agence de presse russe TASS. L’agence cite le vice-ministre russe de l’Énergie, Anatoli Yanovski, qui a fait état d’une amélioration des relations entre les deux pays.

Cette déclaration constitue une rupture par rapport à la position officielle russe d’il y a seulement quelques mois, puisque le même Anatoli Yanovski avait déclaré en février dernier que la Russie n’envisageait pas de reprendre les livraisons de gaz turkmène avant fin 2019.

Lire aussi sur Novastan : A 25 ans, le Turkménistan en plein péril gazier ?

En février dernier, le vice-président de Gazprom, Alexandre Medvedev, n’avait pas non plus exclu la possibilité de renouer un contrat de fourniture de gaz depuis le Turkménistan, indique encore l’agence TASS. Cependant, Alexander Medvedev avait ajouté que Gazprom avait de sérieux motifs de ne pas poursuivre le contrat les liant au Turkménistan, sans toutefois spécifier ceux-ci.

Un possible ballon d’air frais pour Achgabat

Cette possible reprise des relations gazières entre les deux pays serait un ballon d’air frais pour le Turkménistan, dont les revenus proviennent essentiellement de la vente du gaz. Gazprom, acheteur historique du gaz turkmène depuis la chute de l’URSS en 1991, a depuis été remplacé par la Chine, qui achèterait à des prix très bas l’or bleu.

Lire aussi sur Novastan : Le Turkménistan vend son gaz à la Chine à très bas prix

Les relations entre les deux Etats n’ont pas été de tout repos. En 2007, un an après sa prise de fonction, le président turkmène Gourbangouly Berdimouhamedov a accepté de construire un gazoduc sur le littoral de la mer Caspienne à travers le Kazakhstan et la Russie avec pour objectif ultime d’exporter 10 milliards de mètres cubes de gaz par an jusqu’en 2010. Dans un esprit de diversification, le Turkménistan a également emprunté d’autres voies, notamment vers l’est vers la Chine.

Des relations gazières tumultueuse depuis 2009

Mais en 2009, les différents entre la Russie et le Turkménistan ont littéralement explosé lorsqu’une partie du réseau de gazoduc Central Asia-Centre, géré par Gazprom, a été détruit. Les deux parties ont jugé l’autre responsable et la quantité de gaz que la Russie a importé du Turkménistan a commencé à décliner.

Les exportations de gaz ont chuté plus de 40 milliards de mètres cubes en 2008 pour atteindre une moyenne de 11 milliards de mètres cubes par an entre 2009 et 2014. En 2015, Gazprom a annoncé qu’elle n’achèterait que 4 milliards de mètres cubes de gaz au Turkménistan. En juillet de la même année, le Turkménistan a déclaré que Gazprom n’avait pas payé pour le gaz envoyé par le Turkménistan pour l’année 2015 et quelques semaines après, Gazprom a intenté une action en justice devant le tribunal d’arbitrage international en Suède pour exiger une révision des prix et que l’excédent de 5 milliards de dollars lui soit remboursé.

Lire aussi sur Novastan : Gazprom en Ouzbékistan. Enjeux politiques ou intérêts économiques russes ?

Début 2016, Gazprom avait cessé d’acheter du gaz en provenance du Turkménistan, avant de conclure, un peu plus tard la même année, un contrat de fourniture de gaz avec la compagnie nationale de l’Ouzbékistan voisin, Uzbekneftegaz.

Article traduit du russe par Pierre-François Hubert

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à nous suivre sur Twitter, Facebook, Telegram, Linkedin ou Instagram ! Vous pouvez également vous inscrire pour recevoir notre newsletter hebdomadaire ou nous soutenir en devenant membre de la communauté Novastan.

Des tuyaux de gaz en Ouzbékistan.
Uzbekneftegaz
Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *