Turkménistan Italie Visite officielle Giuseppe Conte Gourbangouly Berdimouhamedov Diplomatie

Le président turkmène reçu avec les honneurs en Italie

Gourbangouly Berdimouhamedov a effectué une visite officielle en Italie le 7 novembre dernier. Une occasion de signer plusieurs accords économiques ainsi que de rencontrer le président du Conseil italien Giuseppe Conte ainsi que le président, Sergio Mattarella. 

L’Italie a déroulé le tapis rouge au Turkménistan. Le 7 novembre dernier, le président turkmène Gourbangouly Berdimouhamedov s’est rendu en visite officielle à Rome, rapporte le média officiel turkmène TDH. L’occasion pour le dirigeant du pays le plus fermé d’Asie centrale de vanter les relations bilatérales entre les deux Etats ainsi que de signer plusieurs accords économiques, notamment autour de l’énergie, du textile et des télécommunications.

Novastan est le seul média en français et en allemand spécialisé sur l'Asie centrale. Entièrement associatif, il fonctionne grâce à votre participation. Nous sommes indépendants et pour le rester, nous avons besoin de vous ! Vous pouvez nous soutenir à partir de 2 euros par mois, ou en devenant membre par ici.

Arrivé le 6 novembre, Gourbangouly Berdimouhamedov a entamé sa journée par un petit-déjeuner avec les PDG d’entreprises présentes au Turkménistan. Parmi elles, le géant pétrolier Eni, dans le pays depuis 2008, Danieli  (métallurgie), Leonardo (Défense) ou encore le franco-italien Thales Alenia Space (télécommunications et satellites). Le petit-déjeuner de travail s’est semble-t-il déroulé dans une ambiance cordiale, chaque partie exprimant son intérêt à travailler avec l’autre.

L’Italie est un partenaire important pour le Turkménistan, notamment car elle fournit la plupart des armes achetées par le Turkménistan, comme le révélait une enquête du média anglais d’investigation Bellingcat en janvier dernier. Des fusils, des hélicoptères et mêmes de bateaux de marines ont été vendu ces dernières années par différentes entreprises italiennes au Turkménistan. Aucun des communiqués durant la visite présidentielle n’a mentionné de contrats de vente d’armes, comme le veut la discrétion habituelle pour ce genre de contrat.

Les échanges entre les deux pays bondissent

Le président turkmène a notamment affirmé sa volonté de développer l’industrie dans le pays afin de produire des objets à forte valeur ajoutée. Gourbangouly Berdimouhamedov a notamment cité le coton, aujourd’hui vendu comme matière première, qui pourrait entrer dans la fabrication« de produits de qualité internationale », rapporte TDH.

Les entreprises italiennes sont aujourd’hui présentes dans les hydrocarbures, les industries du textile et du cuir, l’agriculture ainsi que le bâtiment. Pour autant, les échanges entre les deux pays restent minces. Actualisé pour l’occasion par l’Agence italienne du commerce (ITA), le répertoire des entreprises italo-turkmènes décrit un volume d’échanges de 32 millions d’euros en 2018. Cependant, sur le premier semestre 2019, les échanges ont bondi à 96 millions d’euros, selon l’agence italienne des statistiques ISTAT, avec notamment 70,4 millions d’euros d’importations italiennes. Les médias officiels turkmènes projettent 200 millions d’euros d’échanges sur l’année.

Pour s’implanter dans le pays, les petites et moyennes entreprises italiennes peuvent compter sur l’ITA, qui est implantée dans le pays depuis 2016. L’agence, présente dans 66 pays dans le monde, fait office d’intermédiaire. Les entreprises italiennes peuvent également compter sur l‘Agence italienne du crédit à l’export (SACE).

Des pays liés depuis l’empire romain, assure le président turkmène

Le président turkmène a ensuite rencontré tour à tour le président du Conseil Giuseppe Conte puis le président italien, Sergio Mattarella. A l’un et à l’autre, Gourbangouly Berdimouhamedov a rappelé les liens entre les deux pays, allant même jusqu’à remonter à l’empire romain. A ce sujet, le chef de l’Etat turkmène a proposé qu’une exposition d’artefacts datant de l’empire parthe (190 av. J.-C. – 224 ap. J.-C.), qui a échangé avec l’empire romain, soit organisée en Italie, décrit TDH.

Lire aussi sur Novastan : L’exposition d’artefacts turkmènes à Berlin est un succès

Au-delà de ce projet culturel, l’achat de gaz turkmène par l’Italie a également été évoqué par Gourbangouly Berdimouhamedov avec Giuseppe Conte, rapporte Orient.tm. Le Turkménistan vend aujourd’hui presque l’entièreté de son gaz à la Chine, le reste allant vers la Russie, grâce à une reprise des relations avec Gazprom en avril dernier. Depuis plusieurs années, Achgabat vise la création d’un gazoduc via la mer Caspienne (ou transcaspien) qui lui permettrait de rejoindre l’Azerbaïdjan et, de là, l’Europe. Des entreprises italiennes sont également impliquées dans la construction du gazoduc TAPI (Turkménistan-Afghanistan, Pakistan, Inde), annoncé depuis des années et qui reste aujourd’hui bloqué par la situation sécuritaire du nord de l’Afghanistan.

Pour autant, les accords signés entre le président du Conseil et le président turkmène ne portent pas sur les hydrocarbures. On trouve uniquement des accords de coopération, notamment dans le domaine aérien, de la santé, du réchauffement climatique ainsi que dans l’éducation, décrit TDH.

Aucune mention des droits de l’Homme

Pour ces deux rencontres, le président turkmène a été accueilli en grande pompe. Le compte-rendu de TDH ne mentionne pas une seule fois le sujet des droits de l’Homme, signe que les représentants italiens n’ont pas osé aborder le sujet. Le Turkménistan est l’un des pays les plus répressifs au monde, avec un Internet particulièrement contrôlé, des opposants inexistants ou jetés en prison. En 2019, Achgabat figure en dernière position (180ème) du rapport sur la liberté de la presse établi par Reporters sans frontières, derrière la Corée du Nord.

Envie d'Asie centrale dans votre boîte mail ? Inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter hebdomadaire en cliquant ici.

Sur cette visite, comme sur de nombreuses autres, les questions économiques ont pris le pas sur les questions sociales ou politiques.

Des forums d’affaires qui se succèdent

De fait, la visite a été précédée le 6 novembre à Milan par la tenue d’un forum d’affaires italo-turkmène. 60 entreprises turkmènes étaient présentes, a affirmé Diego Ungaro, l’ambassadeur italien au Turkménistan, à l’agence officielle turkmène News Central Asia. Plus de 20 documents et accords ont été signés à cette occasion, rapporte TDH, notamment dans les domaines du textile et des chemins de fer.

Il s’agit du troisième du genre depuis février 2018. En novembre 2018, pour la deuxième édition, 30 entreprises italiennes s’étaient rendues à Achgabat, la capitale du Turkménistan, rapporte News Central Asia. Elles avaient été accueillies par 90 entreprises turkmènes. Selon Diego Ungaro, un prochain forum est d’ores et déjà prévu pour 2020.

Etienne Combier
Rédacteur en chef de Novastan

Merci d'avoir lu cet article jusqu'au bout ! Si vous avez un peu de temps, nous aimerions avoir votre avis pour nous améliorer. Pour ce faire, vous pouvez répondre anonymement à ce questionnaire ou nous envoyer un email à redaction@novastan.org. Merci beaucoup !

Le président du Conseil italien Giuseppe Conte (à gauche) a reçu en grande pompe le président turkmène Gourbangouly Berdimouhamedov le 7 novembre 2019.
Turkmenportal
Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *