Turkménistan Ahal Economie Energie Gaz Essence Transformation

Le Turkménistan inaugure une imposante usine de transformation de gaz naturel

Bientôt de l’essence de synthèse turkmène pour les pays centrasiatiques et certains pays européens ? Le Turkménistan a inauguré une nouvelle usine de transformation du gaz naturel en liquide le 28 juin dernier. Un mastodonte qui a coûté 1,5 milliard d’euros et qui pourrait aider grandement le pays le plus fermé de la région.

Une bouffée d’oxygène semble se dessiner à l’horizon pour l’économie turkmène. Le 28 juin dernier, une usine de conversion de gaz naturel en gaz liquide a été inaugurée par le président turkmène, Gourbangouly Berdimouhamedov. .

Lire aussi sur Novastan : Gazprom importe à nouveau du gaz turkmène

Cette usine est l’aboutissement d’un projet lancé en 2014 et qui aura coûté 1,7 milliard de dollars (1,5 milliard d’euros). Le financement a été pris en charge, en grande partie, par la Banque japonaise pour la coopération internationale (JBCI). Outre la JBCI, quatre autres banques japonaises ont participé au financement du projet, réalisé en trois devises différentes : 37,4 milliards de yen (307,7 millions d’euros), 653 millions de dollars (578,5 millions d’euros) et 170 millions d’euros.

Novastan est le seul média en français et en allemand spécialisé sur l'Asie centrale. Entièrement associatif, il fonctionne grâce à votre participation. Nous sommes indépendants et pour le rester, nous avons besoin de vous ! Vous pouvez nous soutenir à partir de 2 euros par mois, ou en devenant membre par ici.

L’usine a été construite par l’entreprise de construction turque Rönesans et par Kawasaki Heavy Industries. Pour l’inauguration, une délégation japonaise avait notamment fait le déplacement. Ce projet a pris forme un an après la visite du président turkmène Gourbangouly Berdimouhamedov au Japon, en septembre 2013.

Mieux exploiter les ressources pour sortir de la crise

Dans un contexte de crise économique, aggravé lors de la chute des prix de l’énergie, le pouvoir turkmène compte sur cette usine pour l’aider à redresser la barre. Après la reprise des livraisons de gaz à la Russie le 15 avril dernier, ce projet doit permettre au pays de mieux exploiter ses ressources en gaz naturel. Le pays le plus fermé d’Asie centrale détient les quatrièmes réserves mondiales de gaz naturel.

Lire aussi sur Novastan : Le Turkménistan appelle les Etats-Unis à la rescousse du gazoduc transcapien

A terme, l’usine traitera 1,785 milliard de mètres cubes de gaz naturel par an et produira, entre autres, 600 000 tonnes d’essence, 12 000 tonnes de gazole et 115 000 tonnes de gaz liquéfié. Selon France 24, il s’agirait de la plus importante usine de ce type en Asie centrale. En comparaison, le projet ouzbek, similaire à celui-ci, produira 1,5 million de tonne de carburant de substitution.

Les autorités turkmènes sont optimistes quant au potentiel de l’usine et du carburant qu’elle produit. Lors de l’inauguration de l’usine, Gourbangouly Berdimouhamedov a tenu à souligner l’aspect écologique de l’essence de synthèse produite, mettant en avant le fait qu’elle remplissait les standards Euro-5. Preuve de la confiance que le gouvernement a en cette solution, sur le chemin du retour vers Achgabat, le président turkmène s’est arrêté dans une station essence pour faire le plein d’essence de synthèse.

Envie d'Asie centrale dans votre boîte mail ? Inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter hebdomadaire en cliquant ici.

Cette production, conforme aux standards européens, peut envisager d’être exportée. Ainsi, le média officiel turkmène Orient.tm rapporte que des pays d’Europe de l’est ont déjà évoqués un intérêt pour la production de la nouvelle usine. D’ores et déjà, l’usine a envoyé son premier lot d’essence synthétique en Afghanistan, en tant qu’aide humanitaire.

Plus largement, après l’échec de Garlyk, à la suite duquel l’entreprise biélorusse avait refusé de retravailler au Turkménistan, la nouvelle usine prouve qu’il est possible pour les entreprises étrangères de mener à bien des projet sur le territoire turkmène.

La rédaction

Si vous avez aimé cet article, n'hésitez pas à nous suivre sur Twitter, Facebook, Telegram, Linkedin ou Instagram ! Vous pouvez également vous inscrire pour recevoir notre newsletter hebdomadaire ou nous soutenir en devenant membre de la communauté Novastan.

La nouvelle usine de la région d’Ahal, aura pour objectif de traiter 1,785 milliard de mètres cubes de gaz naturel par an. (Photo d’illustration)
Sergezolotukhin
Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *