L’escalade centre asiatique : au pied du mur

La course de vitesse: le premier en haut! Crédit : Nadejda Volkova 

Les 13 et 14 avril derniers s’est tenu à Bichkek, pour la troisième année consécutive, le championnat d’escalade centre asiatique. La compétition a réuni des champions de trois pays d’Asie Centrale déterminés à promouvoir les valeurs véhiculées par leur passion commune.

Le weekend passé s’est tenu à Bichkek, pour la troisième année consécutive, le championnat d’escalade centre asiatique. La compétition a eu lieu en intérieur dans un centre sportif de la capitale kirghize, et a regroupé aussi bien des champions  d’Asie centrale que des simples amateurs de grimpe. Cette année, ce sont les jeunes grimpeurs kazakhs et ouzbeks qui se sont particulièrement distinguées.

La compétition proposait les deux épreuves classiques que sont la course de vitesse et la course de niveau par catégorie : 7b pour les hommes, 6c pour les femmes. Les épreuves se sont étalées sur 3 jours pour laisser concourir séparément les participants par tranche d’âge. Au total, 65 concourants se sont mesurés : 34 jeunes de moins de 14 ans et 34 de plus de  15 ans. Les vainqueurs adultes de la course de vitesse se sont qualifiés pour la compétition internationale KIA WORLD EXTREME GAMES 2013 qui se tiendra à Shanghai en Juin.

Selon M. Galtsovoy, le représentant de la fédération kirghize d’escalade, cette rencontre a été « un véritable succès, et ce particulièrement grâce à la collaboration et au soutien financier du comité national des sports. L’escalade est encore peu développée au Kirghizstan et cette compétition a su réunir les adeptes nationaux comme les représentants des comités sportifs officiels: c’est donc un très bon début ». L’année passée, la fédération kirghize d’escalade n’avait pas obtenu de soutien officiel, et n’avait donc pas pu organiser de rencontre internationale, alors que ces dernières sont particulièrement nécessaires au développement et à la visibilité de ce sport au Kirghizstan. La rencontre de ce weekend a su démontrer le dynamisme des grimpeurs, qui se sont réunis non seulement par plaisir mais surtout pour construire une image à leur sport. Selon eux, c’est en se réunissant dans ce genre de rencontre que se développer le potentiel de l’escalade en Asie Centrale. Gagner la reconnaissance du public, permettrait de financer l’aménagement de nouvelles voies d’escalade et de développer le tourisme; ce qui offrirait un travail de guide ou d’instructeur aux véritables passionnés…

Plus encore qu’un simple développement  économique, l’escalade porte en elle des qualités qu’il faudrait selon Farid Kuzmenko, le plus vieux participant de la compétition, «étendre à la société kirghize». Ce dernier, dans sa carrière de maitre de sport, a affirmé « avoir pratiqué toutes les sortes de sport, mais que seule l’escalade forme précisément à la confiance en soi et en l’autre. Il faut être sûr de soi pour ne pas tomber, comme croire en l'attention de son assureur : c’est ce qu’il manque au Kirghizstan ou le niveau de confiance en l’autre est des plus bas».

1

Si l’escalade porte en elle certaines vertus, elle commence à s’étendre en Asie Centrale : ce genre de compétition internationale permet de regrouper les pationnés. Nadejda Volkova, journaliste à Francekoul, a pu interroger certains participants sur leurs motivations et leur vision de l’escalade dans leur pays :

Iroda, ouzbek de 19 ans, qui a gagné la seconde place à la course de niveau explique : « être enchanté par le niveau de l’escalade au Kirghizstan. A Tachkent l’escalade est très peu développée : je suis candidat à l’école des guides d’escalade et m’entraine depuis 9 ans ; mais ce n’est que très dernièrement qu’a été remis en état le mur d’escalade de la capitale ». Dimitriy, Ouzbek lui aussi et vainqueur de la compétition par niveau, explique que le premier mur de Tachkent a été construit en 1986 et qu’il est situé très loin du centre. C’est pourquoi il explique s’entrainer sur les toits et les murs de la ville. C’est la troisième fois qu’il remporte le championnat centre asiatique d’escalade, et il jure être déterminé à aller jusqu’au bout : la prochaine étape est pour lui Shangaï au mois de juin.

D’autres jeunes ont brillé lors de cette compétition. C’est le cas par exemples des danseuses sur le mur qui mêlent escalade, musique et danse. Cette exclusivité centre asiatique se repend sur les murs du monde entier et montre bien le dynamisme et de l’escalade au Kirghizstan.

Nadejda Volkova
Journaliste pour Francekoul.com à Bichkek

Relu par Gaspard Durieux

Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *