Dachogouz Turkménistan

Turkménistan : corruption et extorsion dans le handisport

Partager avec

Le sport pour personnes handicapées, ou handisport, reste un sujet peu abordé au Turkménistan. Mais il y a de quoi s’alarmer. En effet, selon les sources du média d’opposition Alternative Turkmenistan News, corruption et extorsion sévissent dans les clubs de sports pour personnes handicapées. 

Novastan reprend et traduit ici un article du site Alternative Turkmenistan News. 

Au Turkménistan, des employés de clubs de sports pour personnes handicapées ont fait appel aux forces de l’ordre à plusieurs reprises dans le cadre d’affaires de corruption. Une inspection en 2015 a révélé des cas de corruption dans plusieurs clubs.

Malgré ces preuves, le chef du club de sport pour personnes handicapées de la ville de Lébap Ya. Baïramov a pu acheter son impunité. Les autorités ont prié le chef de l’Association pour les sourds et non-voyants de Lebap, S. Toursounov de démissionner. Seul le chef du club de sport de la ville Dachogouz, B. Ataïev a été condamné.

Le cas d’A. Gouldjikov à Dachogouz

La pratique montre que sont souvent nommés à la tête de ces clubs de sport des employés des forces de l’ordre à la retraite et sans occupation ou bien ayant commis une faute.  L’ex-président du comité de la sécurité de Dachogouz A. Gouldjikov a ainsi dirigé une branche régionale de l’Association pour les sourds et non-voyants et pris la tête d’un club de sport.

Lire aussi sur Novastan : Le pouvoir perd son charme si on n’en abuse pas

Il va sans dire que se plaindre d’une telle personne eût été insensé et même dangereux, puisqu’elle avait des contacts influents parmi les autorités de la région et du pays.

Statue Dachogouz

Statue du président à Dachogouz

Un successeur tout aussi corrompu

A. Gouldjikov est mort fin 2016. Les employés espérait qu’on embaucherait quelqu’un de jeune, énergique et honnête. Un homme de 45 ans, O. Tadjibaïev, a obtenu ce poste. Il travaillait auparavant pour le bureau du procureur mais a été licencié pour ébriété.

Selon la source d’Alternative Turkmenistan News, Tadjibaïev s’est retenu le premier mois puis a commencé à extorquer les employés. Il demande 100 manat (un peu moins de 27€) à ceux qui travaillent à mi-temps et 200 (53€ environ) aux autres. Et il faut avouer qu’il n’est pas le seul à agir ainsi : les collègues de Tadjibaïev dans les autres provinces en font de même.

20 manat

Un billet de 20 manat (environ 5,30€)

Cercle vicieux

D’après les sources d’Alternative Turkmenistan News, ces mêmes coordinateurs avouent que c’est le directeur du Club central de sport pour invalides, D. Annaïev, qui les oblige à prendre de l’argent aux employés. L’intéressé soutient qu’il doit lui-même envoyer de l’argent à d’autres personnalités plus haut placées.

De plus, les clubs de sports n’obéissent à aucune autre entité. Au lieu de cela, Annaïev accorde aux responsables régionaux une liberté d’action totale, ne contrôle ni ne vérifie rien. Si les personnes handicapées se plaignent, il prend le parti des responsables. Les membres particulièrement scrupuleux sont assez régulièrement expulsés.

Lire aussi sur Novastan : L’éducation au Turkménistan : une situation alarmante

A Dachogouz, avant Ataïev, le directeur du club de sport qui a été condamné, il y avait un certain Aman Mouradov. Selon les récits des membres du club qui le connaissait, c’était lui aussi un fraudeur. Par exemple, il aurait emmené chez lui les ordinateurs achetés avec l’argent des sponsors, sous prétexte que les serrures du club de sport étaient mauvaises et qu’il n’y avait pas de barreaux aux fenêtres.

Les personnes handicapées sont des personnes qui peuvent difficilement se défendre, il leur faut donc une aide et un soutien extérieur. Mais ces informations montrent qu’ils veulent surtout que les forces de l’ordre prêtent avant tout attention à « cette association secrète de malfaiteurs » qui s’approprie les fonds alloués aux associations et prennent les mesures appropriées.

Mais il n’est pas certain que les forces de l’ordre veulent révéler les agissements de leurs anciens membres. Comme on dit au Turkménistan, « un couteau ne coupe pas son propre fourreau ».

Alternative Turkmenistan News

Traduit du russe par Dana Oparina pour Novastan

Statue du président à DachogouzSamenargentine
Un billet de 20 manat (environ 5,30€)Banque central du Turkménistan
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *