Le président turkmène lors de l'inauguration de logement sociaux

Turkménistan : fin de la gratuité du gaz, de l’électricité, de l’eau et du sel

Le Turkménistan met fin au système de gratuité du gaz, de l’électricité, de l’eau et du sel de table, officiellement pour préserver ses ressources naturelles. Alors qu’une crise économique touche depuis près de deux ans les couches les plus modestes de la société, cette décision risque d’aggraver la situation.

Le président turkmène Gourbangouly Berdimuhamedov a signé un décret instaurant à partir du 1er janvier 2019 l’abolition de la gratuité de l’électricité, du gaz, de l’eau et du sel pour la population, en place depuis 1993.

Lire aussi sur Novastan : Hyperinflation au Turkménistan : 375% d’inflation en 12 mois

Le décret présidentiel vise à « améliorer encore le système des avantages sociaux au Turkménistan » en fournissant « à la population turkmène de l’électricité, du gaz, de l’eau potable et du sel de table sur la base d’un paiement à un prix subventionné », décrit le communiqué de l’agence de presse officielle turkmène, TDH. Cette décision a été prise par le président turkmène, sur proposition du « Conseil du Peuple » turkmène réunit le 25 septembre dernier.

Fin de 25 ans de gratuité (limitée)

L’agence TDH indique également que la décision du 14 décembre 1992 permettant la gratuité de ces différents produits pour la population turkmène mise en place par l’ancien président turkmène, Saparmourat Niyazov, n’est plus appliquée. La gratuité du gaz, de l’eau, de l’électricité et du sel de table n’était pas sans limite : en effet, pour chacun des produits, il existait une limite quantitative à la gratuité, au-dessus de laquelle les citoyens devaient payer.

Lire aussi sur Novastan : Le Turkménistan vend son gaz à la Chine à très bas prix

Les prix de ces biens n’ont cependant pas été annoncés, le président ayant parlé de « paiements raisonnables » pour le gaz, l’électricité, l’eau potable, ainsi que le logement et les services communaux.

Fin de la gratuité pour préserver les ressources naturelles

Le président a expliqué la fin de cette gratuité par le fait que « la période de transition » a été « difficile ». Pour cette raison, selon lui, « ont été introduites la gratuité de l’utilisation du gaz, de l’électricité, de l’eau, et du le sel ». Désormais, selon lui, les « revenus de la population ont augmenté ». Il est donc temps de réfléchir au fait que les richesses naturelles doivent être préservées pour les générations futures. Ainsi, officiellement, ces mesures sont prises dans le but d’économiser les ressources.

Le président Gourbangouly Berdimouhamedov, depuis son arrivée au pouvoir à la suite de Saparmourat Niyazov en 2007, n’a d’abord pas changé la cette politique de gratuité. Il a même introduit des coupons pour l’essence gratuite, alors même que le prix de l’essence au Turkménistan est l’un des plus bas au monde. Mais en 2014, l’émission de ces coupons d’essence gratuite a été arrêtée alors que le prix de l’essence sur les marchés mondiaux atteignait des records. Depuis, le président turkmène dénonce régulièrement les prix trop bas et les avantages accordés pour les biens sociaux dans son pays. En 2015, selon Fergana.ru, le coût des services publics a augmenté entre 12 et 15 fois, même si ces prix restent très faibles par rapport à d’autres pays.

Lire aussi sur Novastan : La chute du second Koweït : le Turkménistan en pleine crise alimentaire

Le pays subit une crise économique qui touche principalement les plus démunis depuis deux ans, avec des pénuries de produits alimentaires (qui ont des prix régulés par l’État) régulières.

La rédaction

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à nous suivre sur Twitter, Facebook, Telegram, Linkedin ou Instagram ! Vous pouvez également vous inscrire pour recevoir notre newsletter hebdomadaire ou nous soutenir en devenant membre de la communauté Novastan.

Le président turkmène lors de l’inauguration de logement sociaux
TDH
Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *