Parc Indépendance Achgabat Capitale Turkménistan

Turkménistan : une compagnie allemande fournirait des instruments de cybersécurité pour bloquer Internet

La compagnie allemande Rohde & Schwarz aurait vendu ou s’apprêterait à vendre des équipements de cybersécurité au Turkménistan, selon un rapport de l’ONG Human Rights Watch. Ces équipements permettraient au pays le plus fermé d’Asie centrale de contrôler plus étroitement Internet.

Le 15 février dernier, l’agence officielle turkmène TDH a rapporté que le Président turkmène, Gourbangouly Berdymoukhamedov, s’était entretenu avec Hartmut Jaeschke, représentant de la compagnie allemande Rohde & Schwarz et ancien officier de la Bundeswehr, selon son profil Linkedin.

Dans un communiqué de presse publié le 25 juin dernier, l’organisation non-gouvernementale internationale de défense des droits de l’Homme, Human Rights Watch (HRW), a demandé à ce que la compagnie allemande divulgue ses liens commerciaux avec le gouvernement turkmène qui est l’un des plus répressifs au monde en terme des libertés sur Internet.

Une mainmise du gouvernement sur les télécommunications

Selon le communiqué de HRW, une source anonyme, mais renseignée sur le sujet, affirme que le gouvernement du Turkménistan cherche surtout un moyen plus efficace pour espionner et bloquer les communications mobiles ou par satellite. Cela permettrait aux autorités turkmènes de bloquer totalement l’accès à Internet dans le pays.

Lire aussi sur Novastan : Turkménistan : les réseaux Internet mobiles coupés

« Le gouvernement turkmène contrôle tous les médias, bloque arbitrairement l’accès à l’information et surveille les communications pour identifier et persécuter les critiques », rapporte Wenzel Michalski, directeur de la branche allemande de HRW.

Dans une lettre envoyée en mars 2018 à Rohde & Schwarz, HRW avait demandé à la compagnie allemande si elle considérait vendre au Turkménistan des technologies capables d’entraver les droits de l’Homme dans le pays. Selon le communiqué de presse, la réponse de la compagnie aurait été très vague, ne donnant pas d’informations concrètes sur leurs discussions commerciales avec leur client centrasiatique.

Lire aussi sur Novastan : Bouygues revient en force au Turkménistan

Les droits de l’Homme bafoués 

Plusieurs rapports de HRW, de même que ceux d’Amnesty International, sans parler d’autres ONG, continuent d’accuser le régime turkmène de bafouer les droits de l’Homme. Parmi ces accusations figurent la censure, la torture, et les atteintes à la liberté d’expression.

Malgré la fin de l’ère de l’ex-président Saparmourat Niyazov en 2006, connue pour son régime de répression sévère, le Turkménistan demeure un pays très fermé avec une situation économique de plus en plus difficile pour ses citoyens du fait des problèmes d’export du gaz turkmène.

Karl Haddad
Rédacteur pour Novastan

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à nous suivre sur TwitterFacebookTelegramLinkedin ou Instagram !
Vous pouvez également vous inscrire pour recevoir
 notre newsletter hebdomadaire.

Le Parc de l’Indépendance à Achgabat, capitale du Turkménistan
INTELLIGENCE & COUNTER-TERRORISM
Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *