Le système politique au Turkménistan

Un troisième parti politique au Turkménistan

Le système politique du Turkménistan prend timidement la route de la démocratie. Avec un troisième parti politique crée en septembre, le pays quitte définitivement le système à parti unique. Un chemin long, certes, mais entamé.

Alors que la jeune république d’Asie centrale ne comptait qu’un seul parti politique, une nouvelle loi a été adoptée sous l’impulsion du Président Gurbanguly Berdimuhammedov, autorisant jusqu’à la création d’un troisième parti. Le Parti démocratique, créé en 1991 par le premier président, Saparmourat Niazov, ne fait désormais plus cavalier seul.

En août 2012, le Parti des industriels et des entrepreneurs avait été officiellement enregistré, mettant fin au système hérité de l’ère soviétique. Depuis les élections législatives du 15 décembre 2013, 14 députés sont présents à la Mejlis – système parlementaire monocaméral – aux côtés des élus du Parti démocratique. Sur les 125 députés, il convient également de noter la présence d’organisations syndicales ou citoyennes.

Le Parti agrarien, troisième du pays

Dernier en date, le Parti agrarien vient donc compléter cette initiative : depuis septembre 2014, c’est le troisième parti politique officiellement enregistré dans le pays. Un comité chargé de l’organisation dudit parti a été créé en juillet 2014, et son premier congrès aura lieu le 28 septembre, selon l’agence de presse officielle du Turkménistan.

Le parti regroupe, d’après les sources gouvernementales, des citoyens provenant des régions rurales du pays. Ce qui pourrait donner davantage de voix à la « province » turkmène, encore sous le silence. D’ailleurs, le caractère socio-professionnel des deux partis récemment autorisés n’est pas sans intérêt : il s’agit de deux facettes incontournables pour l’économie du pays, à savoir, le secteur des hydrocarbures et l’agriculture (notamment la culture du coton, ainsi que des fruits et légumes).   

Toutefois, il est encore impossible de tirer quelque enseignement que ce soit sur l’arrivée de ce troisième parti sur la scène politique du Turkménistan. Peu visible jusqu’aux prochaines élections, son impact ne sera probablement que faible.

Quoi qu’il en soit, le Turkménistan se transforme pas-à-pas en un pays au système politique multipartite. Du moins, sur le papier.

La Rédaction.

 

 

Le système politique au Turkménistan
http://turkmenistan.gov.tm/
Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *